entete_commune
 
 

Cambodia_Flag

Traversée du Cambodge

Le trajet

 
     Cambodia_Map
 

Arrives donc par le Laos en suivant notre cher Mékong. Nous traversons la province de Kratie ou nous ferons une petite pause dans la ville du même nom. Toujours le long du Mékong nous traverserons le territoire des Chams en profitant donc d’un petit instant relax sur l’ile prés de Kompong Cham, reliée a la terre par le légendaire pont de bambou.

Nous rejoindrons Phnom Penh ou nous attendent quelques jours de nostalgie pour Matthieu et donc bien sur une petite visite de la ville pour Matoche.
De la on quittera le Mékong, direction le sud, Kep via Kompong Trach dans la campagne Cambodgienne. Kep sera encore une halte relax.

Nous suivrons la cote pour pénétrer plus dans les terres, cap sur Kampot. De nouveau petit arrêt puis vient notre entrée au cœur de la magnifique chaine de montagnes des Cardamones qui se finira à Koh Chang, frontière avec la Thaïlande.

Le mental


Il est au beau fixe et pour cause. Matthieu retrouve un pays qu’il porte dans son cœur depuis toutes ces années et Mathilde va enfin voir de ses propres yeux ce dont elle a tellement entendu parler!
 
Malgré le fait de s’être fait voler notre compteur deux fois, le reste nous l’a vraiment fait oublier. Faut dire que c’était des gamins et que par conséquent ils sont plus filou et ils réfléchissent moins a leurs actes.
Bref une image non ternie donc de ce merveilleux pays. C’est sur et Matthieu s’y attendait, revoir Phnom Penh après tant d’années ca ne sera pas tout a fait pareil. Et effectivement, le monde s’est un peu écroulé sous les pieds de Matt quand il a constate que les changements sont conséquents. De la tristesse donc qui vient un peu jouer les troubles fête mais un élément va avoir un effet totalement inverse qui annihilera ce désarroi…. Revoir Souriya et sa famille. Quel bonheur et quelle joie de voir que l’amitié n’a pas change et que sa famille ne l’a pas oublie (Matt se fait même appelle oncle !). Ce sera donc tres émouvant et tres beau mais…..bien trop court !
 
Le mental prendra un coup lors de la visite du Tuol Sleng, école reconvertie en camp de concentration. Les Khmers ont une histoire vraiment dure et par certains regards et corps mutiles on la devine sans trop de difficultés. Leur joie de vivre donc nous touchera beaucoup.

 

Le pays


Le Cambodge est donc un pays à l’histoire très marquée et qui, sans que l’on en parle, se ressent. La tristement célèbre période des Khmers rouges laisse encore quelques marques. Les principaux acteurs ont été jugés que très récemment et certains ne le seront certainement jamais.
 
Le roi de l’époque Sihanouk père avait le pouvoir de tempérer son premier ministre Hunsen (qui au passage a quasiment tous les pouvoirs). La mort du roi a donc place Sihanouk fils sur le trône mais malheureusement pour son peuple, celui-ci préfère aller faire la ballerine dans les opéras de Paris. C’est donc Hunsen qui s’en frotte les mains. Quand le chat n’est pas la, les souris dansent !!
D’après ce que l’on a compris il brade le pays aux Vietnamiens. Beaucoup de leurs ressources partent chez les voisins et les Cambodgiens n’en profitent pas tant que ca.
 
Alors effectivement, ca a mis du temps pour qu’ils commencent à se soulever et ca en mettra encore on pense. Mais franchement c’est compréhensible. Apres avoir subis toute ces horreurs, il est normal qu’ils veuillent profiter du calme retrouve et ne pas se replonger dans une rébellion directement !
Bref comme d’habitude, situation très complexe a laquelle nous n’avons pas compris tous les tenants et les aboutissants… Une chose est sure, le Cambodge est un pays fragilise de part son passe et se laisse un peu modeler aux envies des pays voisins (Matt en veut a fond au Coréens qui ont asséchés le superbe lac de Phnom Penh !!!)
 
Le peuple Cambodgien diffère beaucoup de ces voisins Laotiens. On le remarque tout de suite a la frontière. Ils sont bien plus tactiles et moins timides pour briser la glace. Le sourire est toujours de mise.
La langue aussi change beaucoup, nous avons trouve le Khmer plus chantant et plus expressif (enfin pour la langue,  c’est l’avis de Matt qui n’est pas tres objectif quand il s’agit du Cambodge !!)

Culture & traditions

Le Kroma C’est l’écharpe traditionnelle. On la voit partout et tout le monde la porte. En paréo, en ceinture, en couvre chef, etc… On en fait tous les usages aussi : Porter les bébés, remorquer une mobylette, empaqueter sa récolte… C’est vraiment pour nous le symbole du Cambodge !

Le « massage » médicinal Nous avons vu plusieurs fois des hommes au buste tout rouge comme brule. On a donc demande a Souryia si il avait une idée de ce que ca pouvait être. Il nous a explique qu’il s’agit de massage médicinal. Il en garde lui-même un souvenir de jeunesse apparemment assez douloureux. Il nous explique que pour certaines maladies, le patient se voit frotter la peau très fortement et pendant assez longtemps. D’après lui ca fait pas du bien et ne marcherait pas tant que ca !

Les esprits Comme au Laos, les esprits sont omniprésents. Pour les cambodgiens, si un chien aboie sans raisons c’est qu’il a vu un fantôme !

Les Chams Nous avons vraiment accroche avec la communauté musulmane au Cambodge pour plusieurs raisons. Il y a un détail historique qui mérite d’être souligne : Durant l’horrible régime des Khmer Rouges, les Chams ce sont ardemment battus contre les tortionnaires avec les moyens du bord (dagues et épées). Un autre fait rare et que nous n’avons vu qu’au Cambodge : Aucune tension entre les Bouddhistes et les Musulmans, ils vivent dans une parfaite harmonie et quand on pose la question aux Khmers non-musulmans ils nous répondent : « Les musulmans ? On vit en parfaite harmonie avec eux, ils sont même plus intelligents que nous car ils parlent au moins deux langues : Le Khmer et l’Arabe ». Ca c’est une leçon de vie dont beaucoup de pays devraient prendre exemple…

Les moto-camions Au concours de gros chargements, le Cambodge se situe sur la plus haute marche du podium (concours incluant uniquement les pays que l’on a traverse, l’Inde étant certainement un bon concurrent aussi !) Certaines motos transportent sur des remorques le chargement d’un camion, facilement. Parfois on ne repère que très difficilement la moto. Et le nombre de passagers est sans limite, on a vu des motos crouler sous le poids de 6 personnes !

Tendre de l’argent  On donne de l’argent toujours en tenant les billets avec ses deux mains.

Salutations Cambodgiennes Comme dans la plupart des pays d’Asie, les salutations se font en joignant les deux mains. La particularité au Cambodge c’est que la hauteur des deux mains jointes diffère selon notre interlocuteur. Au niveau du sternum pour saluer un enfant, au niveau du visage pour un adulte et au dessus de la tête pour une vieille personne, un notable ou le roi.

Angkor wat  Enorme héritage de la culture Khmer, C’est le complexe religieux le plus étendu au monde. Des centaines de temples éparpillés dans la jungle. S’il est vrai que le site est pris d’assaut par le tourisme de masse, il est toujours possible de s’éloigner des sentiers battus et de découvrir de magnifiques petits temples sans âme qui vivent. Mais bien sur les incontournables comme le Ta phrom, le Bayon, Angkor wat et Angkor Thom sont à ne pas manquer. Un temple un peu plus éloigné du site vaut le coup d’œil aussi : Bantey Srei, le temple des femmes et ces minutieux bas reliefs incroyablement travailles.

L’héritage Français Comme au Laos, voir des baguettes, des gens jouer a la pétanque et des vieilles personnes parler Français ne choque pas au Cambodge. Nombreux sont les vestiges architecturaux colonial. A Kep par exemple, on peut voir des anciennes villas construites dans les années 60 complètement laissées a l’abandon, a part par les singes qui en ont fait leur terrain de jeu !

La façon de compter C’est la première fois que nous avons à apprendre un système de la sorte. Pour compter de 1 a 10 ca se fait de cette façon : 1,2,3,4,5,5-1,5-2,5-3,5-4,10

La famille Valeur très importante au Cambodge. Peu importe la taille de la maison elle sera toujours blindée. La famille ne s’arrête pas aux membres proches mais tout ce qui a une relation de sang. D’ailleurs ici tout le monde s’appelle frère et sœur !

Pradal Serey ou la boxe Khmer L’odeur enivrante de baume du tigre, les cris de la foule, la musique entrainante qui s’accélère au rythme du combat et les boxeurs sautillants comme des chats… Bienvenue dans l’arène ! Alors c’est sur, ca frappe fort mais comme dans tout sport de combat ce ne sont pas des mickeys qui viennent se faire des papouilles. Le respect qu’ils ont l’un envers l’autre et la complicité d’après match et une belle vertu de cette pratique. La danse en hommage au Buddha au début de chaque match est jolie à voir aussi. Pour parier, c’est très bon enfant : On lève le petit doigt, si quelqu'un veut parier avec vous il vient vous voir. S’il parie sur le rouge et vous sur le bleu ca le fait. Si on mise sur le même bonhomme il faut trouver quelqu'un d’autre. Les mises sont très raisonnables et le fait de parier nous plonge plus dans le match !

Les passes aériennes avec l’espèce de volant de badminton On se retrouve le soir, sur une place connue des joueurs et c’est parti ! Enfants et adultes, amateurs et professionnels se regroupent en cercle. Le but : Se faire des passes au pied avec ce qui ressemble a un volant de badminton en effectuant des mouvements techniques et gracieux. L’objet ne doit pas toucher le sol.

Apsara, les danseuses célestes Danses que l’on retrouve en Thaïlande et au Laos, principalement axées sur le mouvement des mains. Dans les temps anciens, cette danse était strictement réservée aux filles mais avec le génocide des Khmers rouges et au vue du faible nombre de professeurs et de danseuses, le roi consentit à intégrer les hommes aussi.

Le toast Trinquer au Cambodge est un vrai sport, des que quelqu’un veut boire il lève son verre, trinque avec les autres et tout le monde boit !

Les rencontres

Les gnous

Steph, Isa et leur petite Nell migrent de pays en pays…On se rencontre a Kratie et passons une bonne soirée avec eux a échanger sur nos aventures respectives. Leur expérience nous passionne et nous inspire !

Lorem et Fim

C’est en trouvant campement a proximité d’un village et lorsque tous les enfants de celui-ci ont réussit a dégoter notre planque que d’abord Fim vient a notre rencontre. Il est le papa de l’un d’eux et ne parlant pas bien l’anglais il appelle son ami Lorem à la rescousse. On passera une petite soirée en leur compagnie autour d’un bon feu. Lorem sort de 11 ans de prison et c’est la bas qu’il a pris des cours d’anglais. Ils se font un plaisir de nous faire une petite leçon de khmer. On se retrouvera le lendemain pour boire le café ensemble et pour se dire adieu en se souhaitant le meilleur pour chacun.

Srey Mom, Srey Nich et Wattey

En cherchant un endroit pour boire un petit café, on tombe chez les parents de Wattey et Srey Mom. Elles ont un anglais très correct et sont avides de l’améliorer tant que possible. Leur amie Srey Nich se joint rapidement a nous et on tient la bavette tous les 5 pendant quelques heures. On rigole beaucoup et une fois de plus en apprenons beaucoup sur le pays grâce a elles.

Ben et Yovana

Ils sont les heureux propriétaires de la Bamboo Hut sur l’ile de Kompong Cham. Ils ont la joie de vivre, on les sent très heureux et combles. C’est un couple que nous avons beaucoup apprécié et qui nous inspire beaucoup. On leur souhaite beaucoup de réussite et encore plus de bonheur !

Florent et Gabriel

Ils logent tous 2 a la Bamboo Hutt au même moment que nous. Gabriel vient de la région parisienne et Florent de Ch’Nord !Tous deux ont choisis la bécane comme moyen de transport. Ils se sont rencontres a Phnom Phen et ont décidé de partir ensemble découvrir le Cambodge. On partage un bon moment, un bon apéro et une bonne soirée !

Angeline et Arnaud

Un couple coup de cœur aussi ! Des gens très abordables avec qui on se sent tout de suite bien ! Ils sont passes dire bonjour a la bamboo Hut un après midi. On partage un verre et le courant passe immédiatement. Le couple bosse en France sur des chantiers. Arnaud, terracier depuis des années a convertit sa femme et depuis ils sont inséparables, vont de chantiers en chantiers toujours ensemble. Ils nous assurent que c’est un très bon métier pour faire de l’argent et voyager durant la saison hivernale. Arnaud nous propose même de nous former à notre retour !

Baeun et Srayi

Alors qu’on cherche un endroit pour planter la tente prés du Mékong, Baeun nous aperçoit et comprend vite l’objet de notre quête. Il nous invite à le suivre et tout en nous montrant le temple il nous dit « vous pouvez dormir ici si vous voulez ou alors chez moi »…tant qu’a faire on choisit chez lui ! Il vit actuellement chez sa tante, Srayi, qui nous accueille les bras ouverts ! Une bonne douche, un bon repas et une bonne nuit, tout ce qu’il nous faut pour nous rendre heureux. Bien sur on attire toute l’attention du voisinage qui vient tester son anglais et échanger tant que possible avec nous.

David

Rencontre tres touchante que celle de David. Il crèche au même hostel que nous a Phnom Phen et on ne tarde pas a finir attables autour d’une bonne bière. David vient de Franche Comte et n’a pas eu une vie facile. Ancien toxicomane qui s’en est sorti avec beaucoup de volonté, il n’a plus de famille aujourd’hui et erre a la recherche du bonheur. Son bouquin, « un aller retour pour l’enfer » (David Brouhaud)  nous plonge dans l’ambiance Franc comtoise des années 60, (photos a l’appui), on vit avec lui les passades difficiles par lesquelles il est passe et la manière par laquelle il se sort du pétrin dans lequel il avait sombre. Quel courage et quelle ténacité pour un homme d’une humilité qui nous tient en respect.

Rodolphe

Lui aussi pensionnaire du même hostel a Phnom Phen, on arrive vite a faire connaissance. Passionne de parapente, engin avec lequel il rêve de faire un tour du monde. Ce serait probablement une grande première ! La logistique étant bien plus complexe que celle d’un tour du monde a vélo il continu à y réfléchir !

Lucky

Lucky est un employé de l’hostel ou on a élu résidence à Phnom Phen. Il nous emmène voir un match de boxe khmère avec son moto dop (une moto avec une cabine passager a l’arrière). Il nous apprend les ficelles pour être un bon parieur, il connait les bons boxeurs et du coup est de bon conseil ! Avec lui on ira aussi à l’ancien marche de Phnom Penh ou on peut trouver de tout !

Souriya et Kim Sam

La rencontre tant attendue du Cambodge. Souriya était l’un des collègues de Matthieu lorsqu’il a travaille a Phnom Penh il y a déjà 7 ans ! Depuis leur amitié n’a pas prit une ride et Souriya entre temps a trouve sa chère et tendre ; Kim Sam. On passe de merveilleux moments avec eux. Souriya nous invite a aller rendre visite a sa famille que Matt avait déjà rencontre a l’époque. Le pauvre prend un sacre coup de vieux en découvrant que les petits frères et sœurs de Souriya ne sont plus des enfants, certains sont devenus parents ! Malheureusement ces retrouvailles seront bien trop courtes, 2 jours seulement…mais on se promet qu’il y en aura d’autres !

Yoann

Quand on nous a dit que si on allait a Kampot il ne fallait pas manquer de faire un tour a l’ABC Bar ou on pourrait y trouver Yoann, l’ancien batteur de Cloclo, on a note ca sur notre « to do  list » ! On s’est donc rendus dans cet endroit mythique et on y a trouve un bar d’habitues a l’ambiance folklo, ca faisait bien longtemps qu’on n’avait pas rit comme ca. Le Yoann est un gars en or qui n’a pas pris la grosse tête du tout. Il embauche un jeune khmer comme barman et leur relation en est presque fusionnelle, c’est beau à voir ! Yoann est visiblement très bien intégré, il a un grand respect pour la culture khmère, en d’autres termes il n’est pas arrive ici avec ses gros sabots ! Alors oui, aller boire un coup à l’ABC Bar si vous passez à Kampot ca vaut le coup ! Nous on a vraiment kiffe !

Vannak et sa femme

Ils sont les gérants du Cozy Elephant Hostel à Kampot. Un jeune couple vraiment adorable, ils sont tout doux et tout sourire. En voyant le menu qu’ils proposent on commande le Lok Lak et leur demandons s’il est possible de le cuisiner avec eux. Bien sur ils acceptent immédiatement avec un grand sourire !Ils seront de tres bons professeurs et hôtes également !

Marc

Ah ! Notre cher Marc ! Un coéquipier de route avec qui on a adore voyager ! Marc est tout juste retraite et s’est accorde un voyage d’avant gout. Un retour en France pour les formalités est prévu mais une fois que tout ca sera réglé les portes seront grandes ouvertes a toutes possibilités ! Marc a une personnalité sans pareil, toujours tres calme ; lorsqu’il doit convaincre un hôte d’accepter un repas offert (c’est jamais facile et il faut souvent jouer des pieds et des mains) ou lorsqu’un scorpion se ballade tranquillement sur son genoux, lorsqu’il vient de s’arracher le pied contre des rochers, Marc garde toujours toujours son sang froid et ca nous subjugue !On adore lorsque au coin du feu il commence a nous raconter ses histoires de jeunesse, ses péripéties de service militaires, il a su nous faire rire jusqu’aux larmes ! On a roule 3 semaines avec lui et ca a été vraiment difficile de le quitter ! Peut être le destin le replacera sur notre route, on l’espère en tout cas !

Pablo

Pablo aussi fut notre compagnon de route pour un bon moment ! Avec lui nous irons de Kao Yai a Sukothai. Pablo est mexicain d’origine et a vécu une bonne partie de sa vie aux états unis. Avec lui on apprend à manger épicé, green curry au feu de bois c’est sa spécialité et on s’en régale. Oui niveau épices les thaïs peuvent se ranger face a Pablo !
Pablo venait de finir son volontariat a Phnom Penh et au lieu de rentrer de suite chez lui il s’est acheté un vélo pour visiter la Thaïlande et le Laos, un sac a dos pour bagages (ficelé sur le porte bagage arrière) quelques vêtements, un hamac, un nécessaire de toilette et le coup de départ été donne ! Comme quoi pas besoin d’année de préparation, on peut vite être parti !

A table

  • Angkor Beer  La bière national. Comme au Laos, c’est la fierté du pays et elle aussi est bue partout mais les Cambodgiens ont l’air d’avoir une descente moins facile que les Laotiens…
  • Riz saute C’est le repas de base au Cambodge pour le plus grand plaisir de Matthieu
  • Amok C’est du poisson fermente avec une pate a base de citronnelle, lait de coco le tout dans une feuille de banane.
  • Insectes Crickets, scarabées, larves, fourmis et la fameuse tarentule de Skuon sont au menu.
  • Poivre de Kampot C’est un poivre très fameux qui est réputé dans les cuisines Françaises depuis le moyen-âge. La culture a failli se perdre mais un groupe de Français est venu sauver l’héritage et perpétuer la tradition
  • Lok lak Plat national également constitue de riz et d’émincés (porc, bœuf ou poulet) accompagne de légumes crus (tomates, concombres…)
  • Jus de canne a sucre Le breuvage des Dieux. On est littéralement tombes amoureux de cette boisson que l’on trouve plus que facilement partout. Toujours presse avec un morceau de fruit comme de l’ananas ou du citron vert. Désaltérant et délicieux !
  • Crabe de Kep Un peu cher pour nous donc on l’a pas teste mais ce crabe bleu fait la fierté de Kep !
  • Mongkut ou Mangosteen Fruit que l’on a vus uniquement au Cambodge. Un pur délice ! Ce n’est pas donne mais l’essayer c’est l’adopter. Une peau pourpre, dur comme de l’écorce surmontée de 4 petites feuilles rondes. L’intérieur est segmente comme une mandarine formant des petits quartiers a la chair blanche. Son gout ne peut-être comparé a aucun autre fruit.
  • Sao Mao ou Rambutan Ca ressemble à un gros lychee même au niveau culinaire. La forme et les couleurs sont plutôt rigolotes. C’est rouge pétant avec plein de poils verts fluo !

A velo

  • La platitude Et oui, pour ceux qui aiment rouler sur du plat (pas vraiment notre cas) le Cambodge est parfait. Quelque montagnes au nord est du pays dans les provinces du Mondolkiri et du Ratanakiri. Et la chaine des Cardamones au sud ouest. Cette dernière n’est pas bien méchante mais les montées descentes plus la chaleur peuvent s’avérer coriaces !
  • Les routes du Cambodge sont en général dans un bon état. Du a notre court séjour impose, nous n’avons malheureusement pas pu nous écarter des sentiers battus ! Pour ce qui est des conducteurs c’est très positif. Ils ne roulent pas trop vite, ne klaxonnent pas a foison et ne frôlent pas.
  • Les jus de cannes à sucre sont pour le cycliste un pur bonheur. C’est de l’énergie pure, rafraichissant à souhait et cerise sur le gâteau, délicieux ! Ce qui est top aussi c’est qu’on en trouve énormément en bord de route.
  • Les bike shops de Phnom Penh sont plus ou moins bien achalandes, sauf pour les vieux biclous qu’on se traine ! Pareil pour les réparations mécaniques, ils doivent savoir faire mais des qu’il s’agit de mécanique obsolète sortie de la préhistoire, ya plus personne !
  • Phnom Penh a vélo J’avais déjà prévenu Mathilde : « Mon ptit titou, Phnom Penh a vélo ca va être très sport » Et ca fait parti des choses qui n’ont pas change. On a effectivement bien rigole. Il faut le voir pour le croire. Un vrai bordel… Le secret étant de regarder devant sans se préoccuper de ce qui se passe a l’arrière. Facile à dire, moins facile à faire. Pour Matthieu déjà habitué ce fut facile et les premières confrontations de Mathilde face a la circulation Phnom Penhoise furent plutôt bonnes. Mais quand même quand on n’a pas l’habitude, c’est dur de ne pas se préoccuper de ce qui se passe autour et surtout quand ils sont par centaines. C’est une des villes les plus déroutantes au niveau de la circulation. Même Istanbul qui nous a parut être déjà un bon foutoir, c’est pipo et molo a cote.

Tourisme

  • Kratie est réputé pour ses couches de soleil sur le Mékong et a juste titre ! Vers 3-4 h de l’après midi le soleil, bien qu’encore haut dans le ciel, commence à rougir. Phénomène que nous n’avons pu observer qu’a Kratie.
  • Les dauphins de l’Irrawaddy. Espèce endémique a la région, ces dauphins d’eau douce sont une espèce en voie de disparition. Il en reste environ 200…. Moins un en fait ! He oui le seul que nous avons pu voir a été remonte sur la berge car trouve décédé sur la rive. Tout le village était autour de la bête. Et quelle bête, un dauphin énorme sans trace de blessure apparente. Nous avons ressenti une sorte d’excitation sur la moto en allant le voir mais arrives sur place l’excitation a vite laisse place a la tristesse... Plus tard sur la route nous croiserons la voiture de WWF roulant à toute blinde vers la triste découverte.
  • La région des musulmans Chams dans la province de Kompong Cham nous a vraiment charme. Depuis le début du voyage, nous avons toujours de bon souvenirs de la traversee des zones ou vivent les musulmans. Celle-ci ne dérogera par a la règle. Souriants, accueillants et chaleureux, les Chams nous laisseront une très bonne impression. Nous avons beaucoup aime la cohabitation qui existe au Cambodge entre les Chams et les bouddhistes qui n’a pas son égale dans les pays que nous avons déjà traverse.
  • Le pont de Bambou de Kompong Cham. C’est un passage obligatoire au Cambodge que d’aller voir ce pont. 500 mètres de longueur, pas un clou ni une vis et refait chaque année il supporte même les voitures. Cette année un accident est survenu, alors que les locaux fêtaient la fin des travaux et l’ouverture du pont, après 3 mois d’ouvrage acharne, les Laotiens ont ouvert un barrage en amont qui eut pour résultat la destruction partiel du pont. Bien joueeee ! Il a fallut deux autres semaines pour le reconstruire.
  • Les tisserands de Kompong Cham vivent dans des villages recules ou peu de touristes s’aventurent. C’est donc avec joie et gentillesse que nous fument reçus dans leur communauté. Nous avons été guide a travers le procédé de fabrication du fameux Kroma par notre petite mamie, guide improvisée.
  • Phnom Penh a bien change en 7 ans. A mes yeux la ville a perdu beaucoup de son charme. Fini le merveilleux Boeung koek Lake, plus de petit boui boui pour manger a chaque coin de rue, malheureusement remplaces par des magasins de téléphonie mobile ou autres accessoires tunnings. La plupart des rues en terre battue ont été engloutis sous le macadam. Les villages flottants sur les berges du Tonle Bati ont été détruits, nettoyés pour faire place nette…. Et stérile. Et pour couronner le tout des gratte-ciels poussent ici et la! Bref, heureusement que les marchés sont toujours la et que la circulation n’a pas changé !
  • Kep. Ville de bord de mer toujours aussi morte et déserte. Promis a un avenir radieux, munie de route deux fois deux voies, d’hôtels de luxe, etc… Mais bon pour l’instant, il n’y a toujours personne. La curiosité du coin c’est ces villas des années 60, construites par les Français et laissées à l’abandon. Quel potentiel et pourtant, seul les gangs de macaques en profitent et défendent leurs territoires plutôt bien. Ha oui n’oublions pas la fierté culinaire du coin : Le crabe bleu.
  • Kampot est certainement un de nos endroits préféré au Cambodge. Une atmosphère relax et une absence de touriste keke de bord de mer (genre Sihanouk). Un environnement naturel intéressant comprenant mangroves, belles rivières et le début de la magnifique chaine de montagnes des Cardamones. Les petites rues avec quelques bâtiments à l’architecture Française nous ont vraiment charme.
  • La chaine de montagnes des Cardamones est tout simplement époustouflante. En quelques jours nous avons pu apercevoir macaques, gibbons, hornbills et autres magnifiques animaux. C’est une chaine de montagnes très peu connue et peu explorée résultant d’un système routier déplorable. Maintenant que le gouvernement s’y intéresse, il y a au moins une route empruntable. Pourvu que ca reste peu touche par le tourisme car ca fait vraiment parti de son charme !

Stats

  • 23 jours dont 7 jours de repos
  • 840 km soit 52,5 km/jour
  • 1 euro = 5 500 riels
  • Budget alimentaire: 1 268 102 riels (230 euros) soit 5 5135 (10 euros)/jour
  • Budget velo: 144 880 riels (25,50 euros)
  • Budget transport: 49 605 riels (9 euros)
  • Budget extras: 176 536 riels (32 euros)
  • Budget sante: 0 riels (0 euros)
  • Budget hébergement: 387 785 riels (70,50 euros)
  • Budget visas: 165 000 riels (30 euros)
  • Budget administratif : 0 riel (0 euros)
  • Budget total: 2 180 750 riels (396,50 euros) soit 94 815 riels (17,23 euros)/jour

menu_photo



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement