entete_commune
 
 

flag_thailande

Traversée de la Thailande

Le trajet

 
     carte_Thailande
 

On est reste un bout de temps en Thaïlande, 3 mois quand même ! On l’a traversé en deux fois. Les deux premiers mois dans la partie haute puis, après le Myanmar, la partie basse.
Première partie
On arrive donc par la frontière la plus au sud avec le Cambodge : Trat. On remontera ensuite a travers la plate campagne jusqu’à Prachin Buri. Région très agréable car pas du tout touristique et de par la possibilité de créer un itinéraire via de nombreuses petites routes très calme. Nous partagerons ce bout de Thaïlande avec Marc, rencontre au Cambodge, avec qui nous aurons pendant deux semaines de super moment.
Apres Prachin Buri, nous quittons Marc pour retrouver un autre collègue de route dans la foulée et pour un bout de temps aussi. Pablo qui commence un périple a vélo après avoir travaillé 6 mois à Phnom Penh. C’est avec lui que commence nos étapes de grimpette dans le célèbre parc national de Khao Yai. Parc agréable sauf le week-end, a évitez absolument. Le trafic devient dingue et les gens sont exécrables. Apres  le parc ca redevient tout calme, ça monte et ça descend tranquillement dans de beau paysage puis ça devient plat et ennuyeux jusqu’à l’ancienne capitale historique de Sukhothai. Nous ferons un petit détour a Lop Buri pour profiter du festival qui s’y déroule. Festival dédiée a l’ancien roi de la région. Historiquement, l’ancienne cite de Sukhothai vaut le coup d’œil. C’est là que nos routes se séparent avec Pablo qui part pour Chiang Mai en train.
Nous nous retrouvons donc pour la première fois en Thaïlande a deux. Nous rejoignons Chiang Mai aussi mais a vélo bien sur ! La bas un colis nous attend et une petite vérification dentaire s’impose, a nouveau ! La route, mis a part quelques bonnes grimpettes est rural et calme comme on les aime. Nous arriverons a Chiang Mai un peu decu de ne pas avoir de grosse montagne comme on ou l’avait tellement signale sur la route. « Vous allez à Chiang Mai ? Holala ca vas beaucoup monter !! » Ben bof en fait pas tant que ca.
A Chiang Mai nous ferons une grande pause d’au moins 3 semaines. Mais on ne s’ennuiera pas. Entre les rendez-vous chez le dentiste et la semaine a donner un coup de main dans les ONG de nos hôtes ( Kid’s home et Gabfai). On passera un moment magique chez Julien et Ann, qui seras même un des meilleurs de notre aventure.  « Tchin tchin it’s true ! » comme d’irais Ann.
De la bas, il nous resteras 6 petit jours minuscule pour couvrir une bonne distance et surtout pleine de montagne pour rejoindre le tant attendu Myanmar ! Malheureusement on forcera trop le premier jour et mon genou gauche vas lâcher. Première blessure sportive depuis le début et elle tombe pas trop a point. Premièrement parce que l’on doit avancer et deuxièmement parce qu’on aurait adore rouler sur cette magnifique route. Effectivement, en haut d’une grimpette et après avoir force dessus, tête de mule que je suis, j’abandonnerais, la douleur aura gagné pour cette fois ! Une âme charitable en la personne de Piak nous ramasseras désespéré sur la route et nous emmèneras a l’arrière de son gros pick-up. Depuis son village, nous ferons encore une centaine de kilomètres pour donner du repos à mon genou. Ça ne suffira pas et le premier jour de reprise la douleur revient. Je forcerais jusqu’à Mae Sot, ville frontière avec le Myanmar, ou  nous attendrons un mail de la maman de Mathilde qui a un contact avec un Kiné formidable qui fait des miracles.
Deuxième partie
 
Et voilà notre deuxième entrée en Thaïlande. On arrivera en bateau par Ranong. On suivra la côte ouest sans trop voir la mer au début. Mais de très belle jungle épaisse ou l’on testera nos premières sangsues. Les belles petites plages feront progressivement leurs apparitions çà et là. Plus on va vers Phuket (que bien sûr on évitera) plus le tourisme se densifie, a notre plus grand malheur ! Le paysage change quand on arrive vers Krabi. De magnifiques pics karstiques se dressent par centaine, de partout. Du tout petit abrupt a l’énorme recouvert de jungle. Paysage féerique a coupe le souffle qui resteras, au niveau de la beauté des lieux, notre préféré en Thaïlande.
Bien sur nous ne pouvions pas quitter la côte ouest sans aller découvrir les plages paradisiaque qui en font sa renommer. Donc quelques jours de repos a Krabi.
Ensuite il s’agira de traverser ce fin bras de Thaïlande pour aller de l’autre cote, atteindre le golf de Thaïlande. Ça sera fait en quelques jours. Un peu de plat et un peu de montagne. Et même un peu de piste….  La première du pays, on y croyait plus !
Direction vers le sud donc, la région réputée a risque ou l’on suivras la cote via Songkhla, Pattani, Narathiwat. Nous ferons la rencontre de Mimi et de sa famille qui nous garderons une dizaine de jour avant de sortir par le poste frontière avec la Malaisie: Tak Bai

Le mental


Triste de sortir du Cambodge ou nous avons passé un bien trop court séjour à notre gout. Mais bon on y reviendra c’est sûr !
 
Content d’avoir trouvé de nouveau compagnon de route. C’est toujours plus sympa de partager les émotions, les campements….
 
Apres un an et demi de vélo, on est bien heureux d’avoir pu mettre la main à la pâte dans deux ONG différentes à Chiang Mai. Ça fait du bien de se sentir utile !!
 
Pouvoir rentrer au Myanmar par les terres était une de nos attentes géopolitique pour cette aventure. Deux mois avant d’arriver à la frontière, notre vœu se réalise. Ça nous a remplis de bonheur et booste comme jamais.
 
Dans le sud, prétendu dangereux à cause des attentats à la bombe, on était sur nos gardes quand même. Pas paranoïaques mais prévoyant. A contrario, les gens qu’on y a rencontrés furent adorables et on sut nous mettre en confiance.
 
Mon genou qui lâche fut un coup dur porte au moral. Ce n’est jamais facile de ne pas savoir ce qui se passe à l’intérieur de son corps. Un conseil, surtout ne tenter pas l’auto-diagnostique via internet. C’est la pire des choses à faire. Ligament croise, foulure de la patte d’oie avec à la clef un mois de repos et reprise en douceur…. Bref tout ce que l’on ne veut pas entendre. Heureusement, un kiné en France nous a tout de suite rassure. Rien de grave, c’est les muscles qui ont trop grossis et qui tirent sur le péroné. Petite exercice donc : Moi sur le dos, Mathilde ramene ma jambe vers mon buste, place son poing sous mon genou et pousse d’un coup sec sur ma jambe…. MA-GI-QUE !! Et la douleur….pppffffiiiuuuttttt…. s’envole ! Quel soulagement dis-donc ! Merci beaucoup Pat et monsieur le Kiné !!

 

Le pays


On savait avant d’y entrer que la Thaïlande était un pays bien plus développé que ces voisins. Effectivement, rouler en Thaïlande ne fut pas ce que l’on peut appeler une aventure en soi. Tout y est facile et pas beaucoup de hors-piste. Quasiment pas du tout en fait… Nous qui aimons relever des défis aussi bien sportif que culturel nous n’avons pas vraiment trouve chaussure à notre pied dans ce pays. Même si on en garde un très bon souvenir, ce ne seras pas notre préféré en Asie du sud-est.
 
Nous diviserions la Thaïlande comme ça : Au nord les montagnes et les nombreuses minorités ethniques et au sud les plages de rêve et les musulmans
 
Les Thaïlandais sont très sympathique mais nous avons manqué d’interaction. C’est vrai, ils sourient beaucoup mais pour nous la palme du « Pays du sourire » ne lui revient pas de droit. Nous avons trouvé des sourires plus « vrai » au Cambodge, au Laos ou au Myanmar par exemple. Comme si les Thaïlandais avaient un sourire pour garder le titre, d’habitude. Enfin c’est l’effet que ça nous a fait. Attention, comme toujours ce n’est pas un jugement mais un ressenti.
 
Commençons donc pas la cuisine. Internationalement connue, elle est à la hauteur de sa renommée. Riz et nouille saute aux légumes, incroyable dessert… On s’est régalé de A à Z.
 
Nous avons été politiquement bluffe aussi. C’est le premier pays où nous entendons des gens et même des jeunes dirent qu’ils adorent leur roi : Bhumibol Adulyadel (plus de 60 ans sur le trône ce qui fait de son règne le plus long au monde !) Alors on ne sait pas très bien si c’est de la vraie adoration ou de l’obligation. Certain on les a senti honnête et d’autres nous on avoue discrètement qu’ils n’avaient pas le choix de dire qu’il ne l’aimait pas sous peine d’être renié par leur entourage.
Il est vrai qu’il est très proche du peuple et que son pays a l’air de fonctionner plutôt bien économiquement. Au niveau de la succession par contre c’est un vrai bordel, corruption, filiation et j’en passe… Les manifestations anti gouvernemental sont fréquentes en Thaïlande depuis de nombreuses années. Lors de notre dernier moi dans le pays l’état d’urgence était même déclarée et les militaires avaient pris le pouvoir. Petite précision, le gouvernement n’a rien à voir avec le Roi. S’il est un des plus riches au monde la rumeur dit qu’il sera peut-être le dernier roi de Thaïlande.
Le roi a son côté obscur aussi. Un côté dictature qu’est pas beau à voir. Quelque petit exemple. Il est interdit de mettre un billet de banque dans sa poche arrière de pantalon car il comporte l’effigie du roi et donc  sur le cucul ça le fait pas. Interdit aussi de le contester ou d’en dire du mal sous peine d’emprisonnement immédiat. Un dernier petit truc qui fait bizarre aussi : Tous les jours, le matin à 8h00 et le soir à 6h00 l’hymne national retenti et tout le monde se fige, marque de respect. Pour l’anecdote, la première fois que l’on a observé ça, c’était en plein festival à Lop Buri. Un homme essayait de faire marche arrière avec sa voiture dans une rue blindée de monde et soudain tout le monde s’arrête. Dans ma tête j’me dis « Merde ils sont drôlement polis dis-donc !!! » Je comprendrais plus tard…
 
 
Pour le camping sauvage et la cyclorando en général c’est vraiment facile ! On à beaucoup squatte les temples aussi. C’est pratique : Une bonne douche et les moines se font tout discrets.
 
Notre rituel Thaï fut le café glace. Tellement de petite guitoune sur le bord de routes, des fois au milieu de nulle part et avec le wifi s’il vous plait. Parfait pour les pauses chaleur !
 
Bien sur la Thaïlande est un pays connu pour le tourisme sexuel. Ayant évité Pattaya et Phuket  on en a vu très peu.

Culture & traditions

Tatou.La Thaïlande possède une énorme culture tatou. Il y en a pour tous les gouts et on y trouve toutes les écoles. Il y a le tatou mode, celui qu’on fait dans un souci esthétique. Mais il y a aussi et c’est quand même le plus fréquent, le tatou religieux. C’est un tatou que l’on ne choisit pas forcément. C’est le moine qui décide quel pouvoir magique il va procurer. Généralement exécuté au bambou il représente des mantras et autres figures divines. Contrairement à ce que l’on pense, le tatouage au bambou met moins de temps à cicatriser et fait moins mal. Par contre cela revient à plus cher car plus long.
Le prix est très clairement deux fois (si pas plus) moins cher qu’en France et si on choisit le bon salon, l’hygiène est respectée sans problèmes. Nous avons vu beaucoup de jeunes avec des tatous énormes recouvrant une grande partie de leur corps.
 
Fashion.Les jeunes Thaï ont, pas tous bien sûr mais la plupart, un style bien a eu qui nous a bien plus. Un peu genre rocker des premières années. Blouson en cuir, bananes, etc… Avec toujours une pointe de couleur flashy voir fluo
 
Leurs moto stylises vont très bien avec leur style. Enfin ce n’est pas vraiment des motos c’est plus genre des mobylettes. Avec leurs dégaine ça leur donne un cote gang de biker mais en mode gentil ! Sur leur moto comme pour leur look, rien n’est laissé au hasard. Du cuir qui recouvre la selle jusqu’au bouchon de valve en passant par la couleur des phares, la plaque d’immatriculation, les rétros et j’en passe. On adore !!!
 
La bouffe chez les Thaïlandais est une institution et avec Ann à Chiang Mai on fut à bonne école. Pour le dire simplement les Thaï mangent tous le temps…. Mais vraiment ! Ils ne font pas de gros repas mais grignotent à droite à gauche. Dès qu’ils ont finis quelque chose ils pensent à ce qui pourrait venir après. La cuisine est vraiment une religion et c’est pourquoi elle est si bonne et mondialement connue.
 
Le bouddhisme est omniprésent en Thaïlande et son lot de moines et de magnifique temple. Avec les moines quelques règles sont à respecter. Un moine ne doit jamais toucher une femme. Aussi, il est interdit de marcher dans l’ombre de ces derniers. Nous avons souvent dormis dans les temples en Thaïlande. Bercé par leur prière et amuse par les chiens de partout. Nous les avons trouvés très discret et parfois très intéressé par notre aventure.
 
Il y a une coutume qui nous a bien plus. Elle prend part lors d’un remerciement d’une personne nous ayant aidé. Comme nous avons aidé Ann dans une de ses animations de trois jours, la tradition a voulu qu’elle nous lave les mains à tous les deux. Ce fut un moment plein d’émotions et de petites larmichettes puisque ce fut lors de nos adieux.
 
Une autre curiosité linguistique qui nous a bien plu en Thaï, c’est la façon de parler de soi. On parle de soi a la troisième personne genre si je veux aller au toilette je dirais : «  Matthieu vas au toilette »
 
Comme dans le nord de la France, les combats de coqs sont présents en Thaïlande. Les règles ne sont pas tout à fait les mêmes. Ce ne sont pas des matchs à mort. Ce sont des matchs de 20 min. Comme en boxe il compte les touches. Bon c’est sur les coqs finissent dans un sal état, surtout les perdants. Ce qui est intéressant c’est de voir la session médecine qui vient après. Les propriétaires ont un petit « kit de réparation » et savent très bien ce qu’ils font. Ils recousent blessures, soignent les hémorragies, vident les poches de sang et à l’aide d’une herbe qu’ils pressent sur une pierre brulante leur enfument certaines parties du corps. Bon faut avoir l’estomac accroche quand même pour certain soin…
 
Boxe Thai. Le sport qui vient à l’esprit quand on parle de la Thaïlande c’est bien sur la boxe Thaïlandaise ou Muay Thai. Il y a des gym de partout et est très largement pratique.
 
Le Fun! La culture Thai est imprégnée de la notion de fun ou sanuk. Rien ne se fait sans fun. Même au travail, ce n’est pas rare de les voir se faire des blagues entre eux et autres moqueries gentillette. C’est en faisant la comparaison avec les autres pays d’Asie du sud est que nous nous en sommes rendu compte. Il est vrai qu’ils ont cette culture de l’amusement, du plaisir comme faire un pic-nic ou aller boire un verre dans un beau petit bar.
 
Maison des esprits. Devant chaque maison et chaque magasin il y a une petite maison aux esprits. Elle sert donc à héberger les esprits pour qu’ils ne se mélangent pas avec la famille, qu’ils ne cohabitent pas sous le même toit. Bien sûr on se doit quand même de les mettre à l’aise ces pauvres petits esprits mis à la porte. C’est pourquoi ces petites maisons sont toujours blindées de fruits, de boissons, de clopes et autres accessoires…
 
Le Takraw est un autre jeu très présent en Thaïlande. C’est un espèce de volley-ball mais uniquement en utilisant les pieds et la tête. Les figures free-style sont largement au programme et c’est à celui qui exécutera les plus belles. L’origine du jeu est une variante qui se joue en cercle ou l’objectif est uniquement de se passer la balle en l’air en marquant des points avec de belles figures.
 
Dans le nord de la Thaïlande, il y a beaucoup de minorités ethniques. On y trouve les hakkas, les Karems, les Hmongs et tant d’autres…  Nous avons eu la chance de rencontrer des Karems. Ils sont majoritairement catholiques et on les reconnait facilement à leurs vêtements. De long t-shirts se terminant en franges et toujours ce petit sac, a frange aussi et porte en bandoulière.
 
Dans le sud les traditions et la culture diffèrent due à l’influence musulmane mais aussi du pays voisin : la Malaisie. Le dialecte que l’on y parle d’ailleurs ressemble bien plus au malais qu’au Thaï.
 
le Dikehulu est un bon exemple de la forte influence Malaise. C’est un ensemble musical traditionnel composé de différentes percussions. On y trouve cymbales, tambour, gong, chanteur et tout un groupe de jeune gens frappant énergiquement dans leurs mains faisant un peu penser au Gnawa Marocain.
 
Kolae. On tombera amoureux aussi de ces bateaux traditionnels endémique a la région appelés Kolae. Ce sont des bateaux de pécheur de la taille d’une grande barque. Ils sont très finement peint avec de belles couleurs vives et les bancs, la proue, les rames et j’en passe sont très travaillés et relève de l’art. Ce sont d’ailleurs des artistes à part entière qui les réalise. On fait beaucoup de photos de ces derniers sans même savoir que c’est dans l’un d’entre eux que je vais réaliser un de mes rêves. Pécher avec des locaux. Et oui c’est la saison des calamars et la famille dans laquelle nous resteront une dizaine de jours m’offrira l’occasion de partir en mer. Souvenirs grave a jamais, une bien belle aventure qui se termineras sur la plage à déguster des calamars grille au feu de bois. Un régal et une fraicheur inégalable !!
 
Bien sûr nous avons pu assister à la plupart des us et coutumes liée à l’islam. D’autant plus que le père de la famille ou nous étions hébergé était l’imam du village.

 

Les rencontres

Beagban et Mikon

Première nuit en Thaïlande. A la recherche d’un spot pour la nuit, on rode dans les rues de Khlong Yai et trouvons un stadium dans un quartier paisible. On se rend donc à la réception pour demander un coin de terrain pour 2 tentes. Pas le temps d’énoncer quoi que ce soit que le concierge, Beagban, se réjouit de nous voir, nous fait entrer, nous montre les gradins qui sont abrites et nous indique qu’on peut y passer la nuit. Au rez de chaussée il nous fait visiter les cuisines, les douches et toilettes, tout est ouvert et en libre-service ! Enfin son bureau ou il nous accueille avec son large sourire, on y passera la soirée en sa compagnie dynamique et celle de son collègue Mikon, le sage.

Yot et Blue

Alors qu’on profite d’une soirée sur la plage avec notre cher Marc, Yot et Blue, professeurs d’éducation physique, nous invitent à les rejoindre pour festoyer avec eux et leurs élèves leur victoire a une coupe de football. Il y a de quoi arroser la victoire ! C’est l’une de nos premières nuits en Thaïlande et on est heureux de pouvoir déjà profiter de leur bonne humeur ! On apprend avec eux nos premiers mots de thaï et parlons un peu politique. Yot et Blue sont de fervents adorateurs du roi !

Keith

C’est à vélo que l’on rencontre Keith, un Anglais a la retraite depuis quelques années, il fait sa ballade quotidienne alors que l’on vient de commencer notre journée. C’est tout naturellement qu’il nous invite chez lui, nous paye un bon repas au resto du coin et nous trouve un hébergement pour ce soir chez son ami Nick. Un homme plein de générosité et de simplicité !

 Nick

C’est donc accompagnes de Keith que nous débarquons chez Nick. Ce dernier nous accueille les bras grand ouverts avec sa bonne bouille. Nous sommes dans l’une des nombreuses propriétés de Nick. Celle-ci dotées de multiples bâtiments permet d’accueillir des classes entières pour des semaines d’apprentissage des notions de survie ! On restera 4 jours chez Nick, il nous emmène à bord de son traulet (scooter side-car) aux 4 coins de la région, on visite ses différentes fermes (lombric-compostage, crabes mous, vergers, élevage d’hirondelles…Nick est sur tous les fronts !) On en apprend énormément avec lui sur la culture thaï et sur la communauté Viet qui s’est implantée dans la région et dont il fait partie.

Peter, Natawan et leur petite fille Bai Teue

 Peter et Natawan sont les gardiens de la ferme de lombric-compost de Nick. Avec eux on s’organise une session cuisine. Natawan était, a l’époque, la grande et renommée cuisinière d’un grand restaurant à Bangkok et on a la grande chance d’apprendre avec elle a cuisiner le fameux Tom Yam (soupe de poisson), le Pla neung manao (poisson vapeur) et encore le Moo Phad Phak (porc aux légumes). Un vrai régal !

La bande de l’hostel de Trat

Une halte de quelques jours à Trat nous amène à faire connaissance des résidents de notre hostel. On forme vite une belle petite bande, partageons repas, bons plans, aventures et belles soirées.

Pablo

Deuxième rencontre avec Pablo un soir en sortant du marché. Pablo a enfourche son vélo après quelques mois de mission à Phnom Phen au Cambodge. Tout naturellement nous continuons notre chemin ensemble pour 2 semaines jusqu’à Sukothai !

Rian, Ron et Aim du Route 2089

Notre pause-café au Route 2089 nous amène à rencontrer d’abord Rian, un sud-africain qui transpire la joie de vivre. Il a migre en Asie du sud-est ou il a rencontré sa femme avec qui il a eu 2 garçons. On aime à discuter avec lui et on en apprend plein sur ce pays encore inconnu qui nous intrigue beaucoup. Rian a grandi la bas durant l’apartheid et a plein d’anecdotes à partager. Rian est un habitué du Route 2089, connait bien Ron et Aim les gérants et nous arrange une nuit sur leur grande propriété. Le site ressemble à un ranch américain, assez insolite dans cette région ! Ron nous fait donc la visite du site et nous indique ou on peut planter notre tente. Il ouvre pour nous de bonnes bouteilles de vin qu’on sirote le soir au clair de lune avec son ami. On restera finalement un peu plus longtemps car on se sent bien ici.

Fred (l’ancien cyclo à la grosse tête)

Alors là que dire ? On fait aussi des rencontres dont on se passerait bien ! Fred est un ancien cyclo qui a roulé pendant 10 ans autour du monde et à l’écouter il a tout vu, connait tout, ne peut s’empêcher de te donner des leçons et surtout ne te laisse pas en placer une…Moi je, moi je, moi je ! Surtout si on devient comme ça les copains faites nous signe !

Les moines du temple de Li

Fallait aller le chercher ce temple ! Tout en haut d’une colline qui surplombe la ville de Li. Le temple est en rénovation et il promet d’être un vrai bijou épousant les roches escarpées du sommet de cette colline. Les moines nous y accueillent pour la nuit. Ils nous gâtent comme des rois avec le gite et le couvert ! Au petit matin on voit débarquer des dizaines et des dizaines de Karems vêtus de leur tenue traditionnelle qui viennent tous prier au temple. Un défilé de couleurs dans un bien joli décors !

Francesco et Quentin

C’est dans les rues de Chiang Mai qu’on repère tout de suite la tête de notre bon Francesco qui dépasse largement toutes les autres, et oui du haut de ses 2 mètres, ici c’est difficile de le rater ! Il faisait partie de la bande de l’hostel de Trat, c’est donc un plaisir de le retrouver. Il est accompagné de Quentin avec qui il partage la route depuis quelques jours et ensemble on va se boire des verres et allons se faire de bonnes bouffes le temps de notre séjour dans la ville!

Rodge du Mint Hostel a Chiang Mai

Rodge est le gérant du Mint Hostel ou résident nos 2 cocos Francesco et Quentin. Lorsqu’on arrive chez lui pour lui demander une chambre il s’excuse car son affaire est complète en ce moment mais c’est tout naturellement qu’il enfourche son vélo et nous amène chez un concurrent qui vient d’ouvrir un endroit très classe et vraiment pas cher. Rodge nous file plein de bon plans, c’est par son biais également que nous obtiendrons nos visas birmans sans avoir à se rendre à Bangkok ! Un gars simple, sans nœuds dans la tête, joyeux, agréable…un plaisir !

Ann et Julien

Encore une merveilleuse rencontre qui a débuté grâce au site Warmshowers. Julien a accepté de recevoir pour nous un colis envoyé par la famille et de fil en aiguille on a migre chez eux, nous sommes rendus utiles dans les ONG pour lesquelles ils travaillent, ils sont devenus de vrais amis !
Ann égaye nos vies avec sa bonne humeur, elle a des idées plein la tête, elle est très créatrice. Elle a un entourage qui lui ressemble bien, elle nous emmènera découvrir des endroits tels que Komunista, une petite communauté d’artistes qui créent et vendent leur produit sur le même site ; couturières, dessinateurs, sculpteurs, cuisinières…tous travaillent en harmonie, les idées fusionnent et l’ambiance est relax et franchement sympathique !
Comme on l’a déjà dit elle adore aussi cuisiner, manger et nous faire gouter les spécialités de son pays. Chaque moment est bon pour un petit délice et attention a Ann lorsqu’elle a faim…ca déménage !
Une personne très touchante qui a su trouver une grande place dans nos cœurs.
 
Julien, lui aussi un sacre personnage, c’est bien pour ça qu’ils forment un couple merveilleux.
Julien est très responsable au travail et pour cause, c’est lui le boss a Kid’s Home. Il aime son boulot et s’y consacre pleinement.
Sa rigueur et son sérieux sont vite oublies sur le trajet du retour quand on s’adonne à chanter du Dalida a fond les ballons ! Et la attention aux oreilles car quand Julien fais des vocalises….il s’y donne à cœur joie !
Notre séjour chez eux restera un merveilleux souvenir et ils nous manquent beaucoup.
 
Kid’s Home

C’est donc l’ONG pour laquelle bosse Julien. Elle vient en aide aux enfants refugies et/ou défavorisés ainsi qu’a leur famille. Diriger les enfants vers la scolarité, organiser un transport scolaire, offrir un accès a des soins médicaux, des activités extrascolaires ou encore un service de garderie. Organiser un centre aéré pendant les vacances scolaires, offrir aux mamans un endroit ou se retrouver avec leurs enfants et ou pouvoir parler entre elle…Voilà quelques-unes des actions que réalise l’ONG.
On aura l’occasion de filer un coup de main en bossant sur un projet de théâtre de marionnettes pour les activités estivales. Confections de marionnettes, fixation et protection du théâtre, plus quelques coups de pouce par ci par là ! Un vrai plaisir de se rendre utile !

Thomas, Valerie et Magda

Ils sont les volontaires de Kid’s Home. Ca bosse dur dans les bureaux ! On les côtoiera un moment puisqu’on nous y serons volontaires improvise pour quelques jours. Valérie est dans le Marketing, Magda est graphiste et Thomas est programmateur web. On s’entendra bien avec tout le monde mais c’est avec Thomas que nous aurons le plus de moment de délire. Une joie de vivre qui fait plaisir et un sacrée deconneur toujours prêt à faire le con. Avec Mathos donc le cocktail est explosif et au karaoké ça fait des étincelles !! Il est motivé par le vélo aussi.  Convertis, il partira à son tour en cyclo-rando pour rejoindre la France.
 
Gabfai

C’est l’ONG de Ann. Basée sur le théâtre de rue, Gabfai à plus d’une corde à son arc. Les animations se suivent et ne se ressemble pas. Que de bonnes idées et une équipe vraiment inspirée. Nous aurons la chance de les suivre lors d’une animation traitant de l’alimentation, le slow-food ! Génial et avec Ann en animatrice principale pas une seconde sans occupation. On cuisine, allons au marché pour choisir les légumes, faisons des expériences chimiques pour détecter les engrais et autres pesticides, plantons des herbes aromatiques, etc…  Une asso génial qui mérite d’être connu !

Ud

La grande copine d’Ann. Ud est un personnage au caractère bien trempe et a l’humour formidable. Elle partage les plaisirs de la bonne bouffe avec Ann. Ud est couturière et  travaille à son compte mais aussi pour Komunista. On aura adorée son caractère qui la rend si naturel et touchante !

Meaw

La voisine d’Ann. C’est une passionne de vélo aussi mais surtout de cyclo-rando. Son velo tip-top le montre bien. Elle nous fait voir les petites routes pour rejoindre le centre. Elle vit à  cent à l’heure et a toujours quelque chose à faire.

 Don et Pai

On passera une après-midi chez Don et Pai amené par Maew. Un couple adorable. Pai a rencontré son mari, Don, en Amérique. Don est un fan de vélo aussi, et de bon vin ! Il nous montrera son bijou : Un vélo en bambou avec la super remorque qui va avec, tout en bambou elle aussi ! Un couple simple et avenant comme on les aime.

Piak, son ami et leurs familles

Piak nous récupère sur le bord de la route désespéré. Effectivement, mon genou a donné son dernier coup de pédale et il tombe au bon moment. C’est tout naturellement qu’il nous charge à l’arrière de son gros pick-up et nous ramène dans son village. Piak fait partie de la communauté Karems.  Il est guide touristique dans la région et donc en connais un rayon sur sa patrie et sur son peuple. Il nous ramènera pour manger dans la famille d’un ami à lui. Ils seront adorables eux-aussi et nous passerons une bonne soirée à échanger sur nos cultures respectives. Il nous fera dormir dans un local à lui ou il prévoit de faire une école d’Anglais.

Fanny

Perdu dans Mae Sot et pour être honnête dans la pente montante de l’énervement une petite voix nous parvient en Français : « je peux vous aider ? », on explique que l’on recherche un hôtel qu’on ne trouve pas. « Ben venez dormir chez moi si vous voulez ». Notre ange gardien sorti de nulle part. Qu’est-ce que ça fait du bien une rencontre comme ça. La destinée a donc mis Fanny sur notre route. On échange beaucoup avec elle. Elle est prof dans un camp de refugie Birmans. Elle en connaît donc un rayon à ce sujet et ces récits sont très intéressant. On s’entendra bien avec elle. C’est le genre de personne sans nœuds dans la tête et qui prend la vie comme elle vient.

Mimi, Hanafee, Mahsong, Warit, Zambri, Nifadel, Dala, Souhaile, Fadila et Ni Souliha

Grande famille avec qui nous avons partagé le quotidien pendant près de 10 jours. C’est Mimi qui nous repère sur le bord de la route avec son petit frère Hanafee. Ils nous montrerons tout nous ferons tout goute. Le courant est tellement bien passe entre nous qu’ils sont venus nous recherche sur la route pour nous ramener chez eux prétextant qu’on leur manquait. Touchant ! C’est vraiment très agréable de pouvoir partager un bout de vie avec des gens dont la culture est si différente et pourtant si proche à la fois. Ou qu’il soit, l’humain a les mêmes besoins, les même envies… Ce fut un partage merveilleux a jamais gravé dans nos cœurs.
 

A table

  • Pat thai Le Pat thai est un des plats le plus répandu et le plus facile a trouvé partout. C’est pourquoi il est vite devenu, avec le Khao pat, un élément essentiel de notre régime. Ce sont des nouilles sautes avec légumes et viande. C’est tellement bon qu’on tombe vite dans la fainéantise de ne commander que ça. Pourquoi apprendre autre chose. En fait, on s’est vite rendu compte que c’est dommage de ne pas tester le reste tellement la culture culinaire est riche!
  • Khao pat Et voilà le deuxième plat des fainéants. Pareil que le Pat thai, c’est bon et il y en a partout. C’est en fait quasiment la même chose que le Pat thai mais avec du riz.
  • Passi you C’est presque la même chose que le Pat thai avec des nouilles plus large et plus de sauce. Délicieux aussi.
  • Riz gluant et mangue Alors ça c’est la palme des dessert toute catégorie. Allez on va dire ex-aequo avec les baklavas turque. C’est tellement simple, mais c’est une explosion de saveur en bouche. Du riz gluants cuit au lait de coco avec par-dessus des bouts de mangues orangé et bien sucrée. Un petit coulis à base de lait de coco sucrée et éclats de cacahuète…. Halalala, rien que d’en parler j’ai un surplus de salive qui me monte en bouche !!
  • Tom Yam C’est tout simplement une soupe de poisson.
  • Ice café Il y a une culture du café impressionnante en Thaïlande. Il faut dire qu’il fallait bien faire pousser autre chose que du pavot dans le Triangle d’or après l’interdiction. Ce fut donc remplacer par du café. On trouve des petites guitounes qui en vendent à profusion en bord de route.
  • Saute de viande Il existe un nombre impressionnant de sautés de légumes et de sautés de viande en Thaïlande dont on ne se rappelle pas de tous les noms !
  • Ann Ann n’est pas un plat ou quelque chose à manger. C’est une personne, mais par ordre des choses nous nous devons la cite dans la partie cuisine. Elle fut un excellent professeur et nous a fait découvrir la culture gastronomique comme peu de personne sont capable de le faire à notre humble avis. Une cuisinière hors pair avide de savoir et d’expérience !!! Merci à toi chef !
  • Riz caramel C’est un riz gluant cuit avec du sucre jusqu’à ce que ce dernier devienne du caramel. Un régal et un coup de booste en cas de coup de mou. Par contre ça colle aux dents !
  • Dessert lait de coco Encore un excellent dessert. Ca ressemble à une madeleine plate et à la texture d’une omelette. Les ingrédients sont lait de coco, farine de riz et parfois ciboulettes. Un régal aussi !
  • Œufs de fourmis Des petits œufs de fourmis frits à la poêle. Apparemment c’est bon mais on n’a pas eu la chance de gouter ! Dommage….
  • Insectes Comme dans la plupart des pays d’Asie, la Thaïlande ne déroge pas à la règle et différentes variétés d’insectes sont au menu.
  • Fruits exotiques Pareil que pour ces voisins, la Thaïlande compte une collection de fruits exotiques fantastiques.
  • Préparation dans des feuilles de bananiers On a oublié le nom mais pas le gout. Ce sont des espèces de flan à base de farine de riz enveloppé dans une feuille de banane en forme de pyramide.
  • Poisson roti en croute de sel Le nom dit tout. Un vrai régal !
  • Khao yam Recette omniprésente dans le sud, chez les musulmans. C’est le petit dej officiel. Du riz avec de la citronnelle, poisson séché, de l’ail et le tout bien relevé !
  • Calamar en dessert Une surprise pour nous. Au début ça nous a paru bizarre mais en goutant, on a finalement bien aime. C’est un calmar farci avec du riz qui a été mélange avec un caramel à base de sucre de palme.
  • Calamar On en mangera à toutes les sauces. Et oui c’est la saison alors….
  • Beignet et chips de banane Des sorte de bananes il y en a des tas et en grande quantité alors faut bien en faire quelque chose !

A velo

  • Les conducteurs Thaïlandais ne sont pas vraiment des gentlemans de la route. Ils roulent vite, un peu n’importe comment et sont parfois bourre. Il y a un an un  terrible accident a tué un couple de cyclo Anglais. Il faut donc jouer la sécurité !
  • Les routes sont en général très bonnes en Thaïlande.
  • La cyclo-randonnee se développe vite. On a pu voir un stand en bord de route avec des trucs hallucinant. Genre toute la collection des selles Brooks, des pneus Schwalbe, porte bagages Tubus, potence Ritchey, sacoches Ortlieb…. Enfin bref de quoi s’équiper plus que bien et le tout…. Sur un trottoir quand même !
  • Une petite déception quand même. Pas assez de piste non asphaltées que l’on privilégie avec Matoche. Ou alors pas de bonnes cartes qui les indiquent. On avait quand même en notre possession une collection d’au moins 5 cartes !!

Tourisme

  • Le bord de mer après la frontières Cambodgienne. C’est une cote vraiment peu touristique et vraiment relax. La ville de Trat en est un bon exemple. Chantabury à ses charmes aussi dont une belle église construite par les colons catho à l’époque.
  • Khao Yai est un des parcs nationaux les plus renommés. Attention, si on veut le traverser par la route c’est payant et pas donne nom d’une pipe. Presque 10 euros !! Une règle d’or à suivre à la lettre a moins d’aimer la proximité de milliers de Bangkokiens… Il faut évitez le week-end. La jungle change du tout au tout. Elle passe d’une paisible masse verte à un enfer routier ! Il y a quelques hôtels et deux campings. Franchement on a trouvé le personnel exécrable…. Mais tant pis, ce n’est pas pour ça qu’on est venu ! Sinon la nature vaut le coup : Arbres gigantesques, macaques, gibbons, crocodiles, cervidés, varans…. On en prend plein les mirettes !
  • Le festival de Lop Buri est un festival dédié au roi qui, dans les temps anciens, gouvernait la province. C’est plein de lumière de partout (Kitsch même parfois). Beaucoup de gens portent le costume traditionnel et c’est beau à voir. Par contre c’est la première fois et à coup sur la dernière que l’on va voir un show avec des singes. On en avait presque les larmes à l’ œil tous les deux. Faut-voir comme ils traitent les singes ces enfoires. Bref sinon c’est blinde de bonne bouffe de partout. Il y a une reconstitution historique vachement bien faite aussi. Intéressant ! La ville de Lop Buri en elle-même a son attraction. C’est la ville des singes et ils font la loi. Ils règnent sur et autour des ruines de l’ancien Lop Buri au centre-ville et sont organisés en gangs. On voit les gens passer protégeant leurs sacs, leur bouffes ou autres. Tous les magasins on fermés aux environs. Ils sont des centaines… Franchement ce n’est pas rassurant. Ils ont des grandes dents quand même ces trucs !
  • Sukkothai est l’ancienne capital de la Thaïlande. La ville en elle-même n’offre rien d’exceptionnelle mais la cite (anciennement) fortifie a quelques kilomètres est énorme et vaut le coup d’œil
  • Chiang Mai. C’est une ville sympathique entourée de montagnes. Il faut faire abstraction des quelques rues a touristes qui sont franchement tristes à voir. Les petits quartiers sont charmants et les temples valent le coup d’œil.
  • La frontière avec le Myanmar fut notre coup de cœur avec la région de Krabi. Des merveilleuses routes de montagnes très peu fréquenté. On aurait adoré y rouler un peu plus si mon crétin de genou n’avait pas flanché. La route passe en bordures d’énormes camp de refugies (économique ou politique) Birmans. Ce sont des villes constitués de bicoques en tôles et en bambou qui épousent tous les contours de la montagne. Comme si la cité engloutissait les environs et ça ne cesse de construire
  • Les plages paradisiaques de l’ouest de la péninsule sont comme son nom l’indique…. Paradisiaque. Bon nous on n’est pas vraiment plage, plus montagne, mais puisque on y était ! Plus on descend vers Phuket plus le tourisme se fait massif. Ca vas donc sans dire on a bien aimé les plages plus au nord. Krabi est sa région par contre nous ont enchante ! D’énormes pics karstiques sortent de partout et donne au paysage des airs d’ancien film de kung-fu. Merveilleux !!
  • Le sud profond, majoritairement musulmans nous as bien plus aussi pour plusieurs raison. Premièrement, c’est un avant-gout de la culture Malaisienne. Ensuite on y a trouvé l’hospitalité musulmane qu’on adore. Simple et sans détour !. Il est vrai que la région est déconseillée sur tous les sites et dans tous les guides à cause du terrorisme. Le conflit armé a commencé il y a bien longtemps. Cette partie de la Thaïlande était un pays autonome et a été annexe par la Thaïlande. Forcément le peuple qui y habitait l’a mal pris et ça a vite tourne en eau de boudin. Aujourd’hui, les révolutionnaires ne savent même plus pourquoi ils se battent mais ça pete belle et bien tous les jours. Bombe et raides armés. On y pensait forcement tout le temps mais n’avons jamais rien remarque à part une forte présence militaire et de checkpoint routier. En tout cas la plupart des gens nous ont affirmés que nous étions les premiers touristes de l’année dans le coin et il est vrai qu’on n’en a pas vu un seul en plus de deux semaines passer dans le sud !

Stats

  • 88 jours dont 37 jours de repos (encore une fois ; merci les dents !)
  • 2830 kms soit 55,4 km/jour
  • 1 euro = 44,04 bahts
  • Budget alimentaire: 40 195 bahts (912 euros) soit 457 bahts (10 euros)/jour
  • Budget vélo: 11 542 bahts (262 euros)
  • Budget transport: 635 bahts (14,40 euros)
  • Budget extra: 3751 bahts (85 euros)
  • Budget sante: 20 730 bahts (471 euros)
  • Budget hébergement: 4040 bahts (92 euros)
  • Budget visas: 517 000 kips (46 euros)
  • Budget total: 80 893 bahts (1837 euros) soit 919 bahts (21 euros)/jour

menu_photo



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement