entete_commune
 
 

China_Flag

Traversée dela Chine

Le trajet


China_Map2
  















Arrives par le Kazakhstan, nous debarquons en Chine dans le pays des Ouigours. Nous roulerons 700 kilometres entre deux deserts : Le Taklamakan au sud et le Gurbantunggut au nord. Arrives a Urumuqi (la capitale Ouigour) nous realiserons vite qu’il nous sera impossible de couvrir toute la Chine a velo. Nous ferons donc le choix de prendre le train pour nous rendre dans la capitale Sichuanaise, Chengdu. Apres 50 heures de train (en places assises s’il vous plait!) et une petite pause dans cette megalopole, nous re-enfourcherons nos becanes en direction du Tibet en passant par la celebre ville de Leshan. Ville qui abrite le plus grand Buddha au monde et qui est reputee pour avoir un service d’extension de visa touristique rapide et facile. Ce que l’on confirme.

De la, la route va commencer a se corser. A nous les multiples sommets a plus de 4000m. Nous atteignerons la capitale de cette partie culturellement Tibetaine non sans mal qui est Litang. Nous y ferons une petite halte puis reprendrons la route, de hauts sommets nous attendent et le temps nous est compte. 

Malheuresement, arrives a Xiangcheng, la pauvre Mathilde a une rage de dent qui l’a fait souffrir le martyre et nous nous voyons obliges, en urgence de prendre des bus pour la suite. De Xiangcheng a la fameuse Shangri-la, puis de Shangrila a la traditionelle Lijiang(tristement pourrie par le tourisme de masse).

Traverser le Yunnan faisait partie de nos plans jusqu'à ce que, plantes devant le guichet d’extension des visas on nous lance un « Sorry mister, impossible ! » Ok donc changement de plan et plus que 3 jours pour sortir du pays. On prendra donc le soir meme un bus de nuit pour Kunming (capital du Yunnan) puis le jours d’apres pour le Laos.

Le mental


Alors pour la Chine c'est un gros melange d'emotions dans les premiers temps. Forcemment super contents d'etre arrives jusqu'ici pousses par nos guiboles! C'est un cap, celui des 10 000 kilometres, qui nous rend fiers et nous conforte dans l'idee qu'a coeur vaillant.... rien d'impossible. Suffit de le vouloir tres fort.

Mais cache derriere ce sentiment de joie s'insinue une petite apprehension, resultante des recits de voyageur qui ont parfois aime mais souvent trouve dur a plusieurs niveaux. Comme d'habitude on essaye de ne pas en prendre compte et d'arriver en terre inconnue sans prejuge. Pas facile avec tout ce que l'on a entendu.

Une fois a l'interieur et confrontes a la culture on s'apercoit quand meme que c'est pas facile du tout comme choc culturelle. Ajoute a ca les terribles rages de dents de Mathilde, le melange fut explosif et a joue avec notre mental pour le faire basculer du cote obscure parfois.

Mais pas tout le temps bien sur. Certaines victoires furent belles et chargees d'emotions. Comme notre plus haut col a 4700m! Toute la partie Tibetaine d'ailleurs fut merveilleuse: Le mysticisme ambient, le defi physique et les Tibetains....une population magique et fiere qui nous plongera dans un reve constant.

Le pays


Avant d'y arriver, forcemment, les cliches propre a la Chine etaient bien ancres dans nos p'tites tetes: Ils travaillent tout le temps, les forces de l'orde ne vous laissent jamais tranquille, ils sont communistes jusqu'a l'os, prennent des photos de tout et n'importe quoi, sont impolis et pour ce qui est du camping sauvage.... faut oublier! Tout n'est pas juste.

Pour ce qui est du travail, c'est sur ils arretent jamais. Rien que les chantiers, il y en a partout et c'est vraiment ahurissant. A croire qu'apres avoir construit la muraille de Chine, il se faisaient chier alors ils ne cessent de batir: autoroutes, immeubles, stades.... pas un jour sans croiser un chantier, meme en plein desert! Pour les quelques semaines de conges, ils sont partout et en masse. C'est la course a la photo! Ca nous fait dire qu'il doivent pas avoir beaucoup de vacances car le pays est sans dessus dessous pendant ces semaines.

Ensuite pour les forces de l'ordre, ca depend vraiment du contexte. On a eu beaucoup de chance pour ca. Jamais un probleme et au contraire toujours la pour nous aider. Dans nos montees Tibetaines, Matthieu s'est meme fait pousser sur quelques metres. On a toujours bien rigole avec eux et nos passages frontieres (arrivee et sortie) sont passes comme une lettre a la poste. Aucune verification des bagages ni des photos... On sait qu'on a eu de la chance, ca se passe pas toujours comme ca! A contrario, notre pote "tonton max" s'est vu controler ses affaires et photos a la sortie du pays et rappatrie a l'hotel des qu'il se faisait chopper en camping sauvage. Faut-dire qu'il a eu de la malchance d'etre dans le pays lors des emeutes avec les Ouighours au nord-ouest.

Pour ce qui est du communisme, aucun commentaire: Capitaliste full-power!!

Les photos!!! C'est simple, un touriste Chinois ne vit que pour la photo. Il ne prendra pas de mini-bus si le chauffeur ne s'arrete pas sur demande. Il prendra en photo tout ce qui bouge (avec son enorme appareil en mode auto!). Et si un commence a prendre une photo alors tous les autres s'attroupent pour prendre la meme. Combien de fois nous nous sommes fait arreter pour prendre la pause avec eux... et dans des endroits completement incongrus!

L'impolitesse! Nom d'une pipe c'est incroyable. J'ai parfois meme fait la remarque a Mathilde "Punaise c'est dingue quand meme, ils ont une des plus vieille civilisation au monde et j'ai l'impression qu'en 4000 ans ils n'ont rien appris de la vie en societe". Faire la queue a un guichet, compte la dessus et bois de l'eau... jouer des coudes et parler plus fort est une technique bien plus efficace. Le crachat chinois, qui ferait palir le plus noble des lamas. C'est a croire qu'ils sont tous victimes d'un surplus de glaire. Le bruit qui va avec sort d'outre tombe et peu importe ou ils crachent: En plein magasin, a la banque, dans le train.... Ya pas de limite! Le volume sonore de leurs voix aussi est extraordinaire... Impossible d'etre au sommet d'une montagne en silence et de contempler. Serieusement, apres 50 heures de train en place assise (sans trop dormir en gros) on peut vous assurer qu'on a beau eu faire tous les efforts du monde pour mettre ca sur le dos de la culture, mais serieusement ca use!

Pour le camping sauvage, ca depend des regions mais quand meme, c'est toujours possible. En demandant aux locaux ou en se cachant bien. On a meme campe dans une ville immense, en peripherie, sans que ca ne derange personne. Les gens passent, vous regardent, sont surpris et s'en vont! Aussi simple que ca...

La Chine est un enorme pays plein de contradictions et de differences. Chaque region est un monde a part entiere. On peut passer du desert de sable, aux sommets Tibetains et redescendre dans la foret tropicale ou les rizieres en terraces. Chaque region a ses specialitees culinaires et on en prend plein les papilles. La cuisine y est merveilleuse et tres peu honereuse!

La loi de l'enfant unique. Mise en application en 1979, elle commence a s'assouplir tout doucement. On en a bien parle avec Ling, notre pote de Kunming (qui vit a Kehl!!). Elle a un avis plutot partage... D'un cote la demarche est bonne pour lutter contre la surpopulation du pays, mais de l'autre ca cree une generation d'enfants pourie gatee. Et oui, toute l'attention des oncles et des tantes est portees sur un seul et meme enfant. Tout lui est du. L'amie de Ling, Li, agee d'a peine 21 ans est possede deja une sacree bagnole, bientot son propre appartement, etc.... D'apres Ling, cette generation n'a plus la valeur des choses ni du partage. Cette loi in duit un desequilibre entre les sexes. Et oui, la plupart des familles et surtout en campagne, veulent des hommes pour travailler et n'hesite pas pour y parvenir a pratiquer l'infanticide et autre avortement non reglementaire. Plus de femmes que d'ommes donc, cela entraine un traffic d'etre humain ahurissant dans le domaine de la prostitution. Les minoritees ethniques elles ne sont pas concernees par cette loi.
Une question nous taraudait: "Et si la femme met au monde des jumeaux?" Bon la dessus ils sont cool, pas de problemes. Par contre si la femme tombe enceinte une deuxieme fois et qu'elle veut garder le bebe, c'est possible mais elle vas devoir s'affranchir d'une lourde amende!

Culture & traditions


L'amour a la chinoise. En fait on a pas appris grand chose sur le sujet si ce n'est qu'ils n'ont pas vraiment le temps de s'atteler a la recherche de l'ame soeur. C'est pourquoi, dans les parcs, on trouve des murs d'annonces: Taille, couleurs des yeux, interets, profession, etc... Ce ne sont meme pas les prinicipaux interesses qui viennent les consulter mais leurs parents. Franchement bizzare!

Le parc du peuple. Et ils portent super bien leur nom. Ces parcs sont extraordinaires et tellement vivants. Toute les categories de la populace s'y retrouvent. On y regarde la tele publique, bras dessus bras dessous plantes devant la boite a troubadour. On y danse sans aucune gene, par deux, en defile, sur de la musique traditionelle ou bien plus contemporaine et bien sur des groupes font leurs mouvements de Tai Chi. Les chinois nous ont donne l'impression d'etre depourvus de toute gene, ils ne se preoccupent pas du regard exterieur et s'amusent tous comme des grands enfants!! C'est beau a voir. On y joue de la musique traditionelle. Ca joue au Mahjong et a toute sorte de jeux, oh oui les Chinois sont tres tres joueurs. Ces parcs sont un concentre de culture Chinoise a ciel ouvert et sont aussi generalement tres beaux et tres reposant. On les trouve dans chaque ville et ce fut pour notre decouverte de la culture des endroits de predilection.

L'opera Sichuanais. A Chengdu nous avons eu la chance d'en prendre plein les yeux dans une maison de the qui proposait des representations d'opera Sichuanais. Eh bien on en a eut pour notre argent! Une feerie de couleurs et un diversite de show innoubliable.
Si on arrive assez tot, et c'etait notre cas, on peut assister au maquillage des artistes et a l'enfilage des costumes. C'est super de voir ca, quel complexite et quel rigueur!
Avant le debut du spectacle, une petite dame passe dans les rangees et propose ses services de nettoyage d'oreilles. Une autre passe avec un espece d'arrosoir dote d'un fin et long (voir tres long genre 1,50m) verseur. Eh oui les rangees sont trop fines pour remplir nos tasses de delicieux the vert. Et tout le long du show elle s'assurera que nous ne manquons pas du delicieux breuvage.
Ca y est, ca commence. Des le debut nos yeux brillent comme des gosses et nous voila transportes dans la magie de l'opera Sichuanais. A vrai dire c'est pas vraiment un opera. Seulement a certain moment, une chanteuse fait un espece de question reponse sur la musique avec une voix tres aigu. La performance est impressionante mais heureusement ne dure pas plus de 15 min... C'est super classe a voir mais avec Matoche ca suffit amplement 15 minutes. L'opera traditionelle c'est pas vraiment notre tasse de... non il est nul ce jeu de mot.
Bref, pendant pres de deux heures, les performances s'enchainent. Il y a le couple qui fait du theatre humoristique et d'agilite, trop bon cet humour Chinois et ils maitrisent bien leurs tours de passe passe. Bien sur les incontournables commes la marionette Chinoise, tres classe aussi. Deux performances nous ont vraiment laisse sans voix. Les ombres chinoises, nom d'une pipe c'est incroyable ce que le mec peu faire avec ses mains! Et enfin le theatre de changement de masque. Les acteurs jouent une pieces en changeant de masque (masques representant des divinites). Le truc c'est qu'ils cahngent de masques en un clin d'oeil!! et encore le rapport de vitesse est faible. On n'a toujours pas capte le truc, ca va trop vite!! C'est vraiment geant pour les grands gosses que nous sommes!
Bref en resume ca vaut vraiment le coup d'oeil. Aussi bien pour la degustation du the que pour les performances artistiques. On en est sortis tout emoustilles.

La ceremonie du The. Encore une fois c'est Ling qui nous fait decouvrir cet element incontournable de la culture Chinoise: Le the!
Deja il faut savoir que tout le monde dans la rue se ballade avec sa gourde de the. partout et a toute les heures de la journee. Pour nous c'etait pratique et on a vite pris le pli: Le matin on jettait une poignee de the dans nos gourdes et le reste de la journee on la remplissait d'eau chaude. Parce qu'en Chine de l'eau chaude il n'y a que ca, partout dans leur gros container.
La ceremonie du the consiste a gouter une foultitude de the dans des tout petits verres. Des verres a gorgees unique quasiment. Le maitre de ceremonie procede a plusieurs gestes rituels qui consistent a verser du the sur des especes de crapaud mystiques ou autres fetiches traditionels. La preparation du the est un enchainement complexe de procedes qui vont assez vite et qui sont difficile a enrengistrer. Tout est tres propre et tres soigne, on ne touche rien avec les mains directement mais avec une espece de longue pince a epiler. Generalement les maitres de ceremonie sont aussi des grand conaisseurs quant a la vertue des differents thes. Par exemple pour un corp qui est habituellement a une temperature elevee, on preconise le the vert qui fait redescendre cette temperatute. C'est donc le the qui convient aux saisons chaudes. A l'inverse pour les corps froids et les saisons froides, on conseillera plutot le the noir. Apres le choix d'un the peut aussi etre fait en fonction d'une maladie chronique ou d'un dreglement physique: Asthme, migraine, probleme de peau, maux de ventre, etc...
Le the est aux chinois ce que le vin est au francais. Il se garde en cave aussi et peut, selon les crus et sa vetuste, atteindre des prix exhorbitants.

Payer l'addition. Quand est venu le moment de payer l'addition, preparez vous a un combat de gladiateur ou celui qui aura le plus joue des coudes et crie le plus fort pourra payer l'adition. Alors c'est sur quand nous, les visages pales, on fait nos petits calculs qui durent des plombes pour etre au plus equitable ca les fait bien marrer.

Medecine chinoise. Bien sur elle est omnipresente. Les pharmacies regorgent de plantes, de racines et autre trucs inconnus au bataillon. Genre des bois de cerf en lamelle qu'ils utilisent en infusion! On voit aussi sur les torses nus, ces grosses marques rouge provenant des pots de verre qu'ils se collent dans le dos en faisant le vide d'air a l'interieur. L'acuponcture est presente dans beaucoup d'hopitaux egalement... Les hopitaux, parlons en. Quelque chose qui nous a fait bien marrer et qu'au final Mathilde a teste sont ces salles avec une trentaine de personnes, toutes assisent avec une perfusion dans le bras. C'est leur facon d'administrer les antibios. En Chine on ne va pas voir son medecin quand ca va mal mais quand on se porte bien. Eh oui c'est la difference entre maintenance curative et preventive. C'est aussi pourquoi la medecine a base de plantes et autres elements naturels ne sont pas prescrite pour soigner une maladie dans l'urgence!

Bebe cul nu et toilettes Chinois. Immanquable, ils sont partout, les bebes cul nu. Le principe est simple, une fente au niveau des fesses et hop... on peut faire defequer le petit poupon n'importe ou en un temps record. Parfois dans un petit verre que l'on jette par la suite ou parfois ben sur le trottoir, tranquillou!
Et les toilettes, ahh quelle franche partie de rigolade la premiere fois. Pour les plus rudimentaires, il s'agit d'une tranchee au dessus de laquelle les gens s'accroupissent et font leurs besoins. Pas de portes ni de cloisons. C'est sur ca cre des liens! "Hey, salut! Alors t'es touriste? Ca te plait la Chine?" "Euh ouai carrement...". Bon parfois il y a des cloisons mais toujours pas de porte. C'est sur si c'est occupe on s'en rend compte assez vite. Apres avoir mange bien epice ca peut etre le festival et devenir un peu genant d'infliger un son et lumiere a tout le monde. Mais bon apres tout c'est comme ca que ca marche ici alors on remballe sa fierte et c'est parti!!

Le mysticisme Tibetain. Dans la partie Tibetaine que nous avons traversee nous avons ete subjugue par le mysticisme ambient. Leur vie est tellement tournee vers la priere et l'elevation spirituelle... Dans la rue, ils sont presque tous en train de faire tourner leur moulin a priere. Ils tournent autour des grands temples, des stuppas,etc... Ils tournent beaucoup en fait et autour de beaucoup de choses. Tout de meme on a pas bien compris cette philosophie qui en fait se resume a passer sa vie a preparer la prochaine. Bon c'est sur au vue de la durete de l'endroit ou il vivent, y a pas grand choses a faire.

Les funerailles celestes. Le Tibet etant une region rocheuse, montagneuse et haute en altitude, il est assez difficile d'enterrer les morts, voire meme de les incinerer, le peu de bois que l'on peut trouver dans la region est devoue a la cuisine voire au chauffage. De plus les croyances spirituelles des tibetains liees a la reincarnation, ne laisse que peu d'importance a la conservation du corps apres la mort. La partie la plus importante, l'ame, l'aillant quitte, trouvera nouveau refuge dans les semaines suivantes.
Ainsi la ceremonie a ciel ouvert a vu le jour, rendre le corps a la nature et nourrir les animaux qui en vivent.
Les details de la ceremonie peuvent etre assez derangeants en comparaison a nos reperes occidentaux. En effet les maitres de ceremonie facilitent le travail des vautours en lacerant et debitant le corps a coup de hache et de machette puis lorsque la chair a ete consommee, les os sont broyes a l'aide de masse encore une fois de maniere a faciliter le festin des charognards et des chiens...

Le yaks. Animal adore dans ces contrees ou la vie est rude et pour cause, les locaux lui doivent beaucoup. Le yaks est la source premiere d'une multitude de choses. Les poils servent a la fabrication des habits. La chaire a faire de la viande, le lait du fromage est des produits pour la peau. Les os, des manches de couteaux et le crane trone fierement dans les maisons tibetaines, peint de motifs traditionels tres colores. Dans les maisons il sert de chauffage aussi, comme les bergers rentrent les betes la nuit et qu'elles dorment au rez-de-chaussee, elles chauffent le premier etage qui est celui de vie.

L'art Tibetain, tout en couleurs! Les Tibetains sont tres portes sur l'art en general. Les maisons et les meubles par exemple sont tres colores. Ils sont pour une large majorite, habille traditionellement avec de belles parurent, des bijoux (hommes et femmes) magnifiquement travailles. Ils chantent tres souvent et bien! Et ils dansent, et pas qu'un peu, nous avons eu le loisir d'assister a une ceremonie (certainement la fin des recoltes avant l'hiver) ou les danseurs tous en rond ont danses pendant plus de 8h00!!


Les pictogrammes Naxi (prononce Nachi). Dans le sud de la Chine, specialement dans la province de Lijiang vivent une minorite ethnique appele les Naxis que nous avons eu la chance de decouvrir grace a Richard, membre de cette communaute. Peuple tres integre leur particularite l'ecriture qu'ils utilisent. En effet, le Dongba est une ecriture pictographique consideree comme la seul de son type encore en usage dans le monde.
Chaque caractère équivaut à un mot, et le dessin représente le mot de façon graphique et non abstraite.

Les rencontres


Chez les ouyghours

Tsayta

On se rencontre a l’epicerie du village, tres communicative elle traduit nos volontes a l’epiciere, «  c’est pas du lait qu’ils veulent c’est des boissons fraiches ! Voyons par cette chaleur ! ». En sirotant nos boissons sur le pas de la porte, on assiste a la sortie de l’ecole et sommes vite assaillis de plusieurs dizaines de gamins, bien trop curieux au gout de Tsayta. Elle les chasse tous comme elle pourrait le faire avec des chiens errants et nous invite a nous echapper de cette attroupement  en la suivant jusque chez elle. Une charmante et grande maison avec une cour interieure bien ombragee, elle nous sert a boire et se met aux fourneaux. En 2 temps 3 mouvements elle nous a concocte un delicieux plat de lagman ( des genres de grosses spaghettis fries avec pleins de bons legumes !) Bien sur on en profite pour prendre note de cette delicieuse recette. On reste quelques heures ici a discuter avec elle, nos acquis en turc nous permettent de nous faire comprendre plutôt bien !  Elle offre a Mathilde un chapeau traditionnel Ouyghour. Cette rencontre chargee de simplicite et de generosite nous touche beaucoup. Tout ca pour notre premier jour en Chine ! Ca promet pour la suite !
 

Le camionneur linguiste

Au beau milieu de cette route desertique au nord du Taklamakan, on s’arrete pour nous desalterer. Ce camionneur occupe sur sa machine s’accorde lui aussi une petite pause pour venir a notre rencontre. Il nous apprend nos premiers mots en chinois, notamment «wo tsroug fagoa ley » (excusez la transcription en phonetique…)   en Français « je suis francais ». Un homme tres patient, (et oui c’est pas evident d’apprendre le chinois a 2 pequos francais) et tres gentil ! Une chose est sure, cette phrase nous ne l’oublierons jamais !
 

Wang Bin

Ce jour la, c’est dans une station essence qu’on fait notre petite pause pipi et emplettes du jour. Wang bin est un jeune employe de la station, un peu timide mais sa curiosite surpassera le trait de charactere ! Il s’approche de nous et nous invite a entrer a nouveau dans la superette de la station. Il y a la une salle de reunion ou il nous invite a nous asseoir et nous apporte un RedBull bien frais a chacun. Il disparait et revient quelques minutes plus tard pour nous dire qu’il souhaite nous inviter a manger pendant sa pause dejeuner ! Bien sur on accepte son invitation, attendons qu’il termine son service et ensemble partons au centre de la ville. Il commande le menu, la specialite du coin, un poulet  , un pur delice ! La quantite qu’il a commande est monstrueuse et il semble se rejouir de nous voir engloutir tout ca sans aucun probleme ! De son cote il est content de partager un peu de temps avec nous, c’est si rare de faire de telles rencontres dit-il !Pour nous c’est toujours aussi beau de rencontrer des jeunes personnes comme lui avide de partage, d’echange et qui prend plaisir a offrir de son temps et de sa personne.
 

Enipam et Reni

Notre campement déjà en place et autour du feu sur le point de preparer notre repas, ce couple de cinquantenaires vient nous deloger et nous invitent a passer la nuit chez eux. On est acceuillis comme des rois, repas gargantuesque, nuit confortable dans le lit avec Reni a matter la tele avant de se coucher, petit dej royal. On repart avec plein de cadeaux. Enipam nous organise un passage a la boulangerie au coin de la rue tenue par sa sœur et son beau frere qui nous offrent eux aussi une bonne dixaine de galette de pain aux oignons de mai, ca tombe bien on les adore ! Photo de famille et adieux le cœur serre, on se sentait avec eux comme en famille !
 

Samuel

On avait déjà croise Sam a Bishkek au kirghizstan, au repere des cyclos, la Nomad’s Home. On se retrouve a Urumqi et faisons ainsi plus ample connaissance. Sam roule sa bosse a velo depuis quelques mois et vit la les derniers jours de son periple, un moment un peu bouleversant. Quoiqu’il en soit on en profite pas mal ensemble !
 

Ling

Sam et Ling se sont rencontres a l’hostel a Urumqi il y a quelques jours et c’est ainsi que la connexion se fait. Ling est chinoise d’origine et vit depuis quelques annees en Allemagne. Elle s’etonne a chaque retour dans son pays de voir a quel vitesse il se metamorphose. On echange beaucoup avec Ling sur sa culture, ses traditions, son pays, il faut dire que la barriere de la langue en moins aide beaucoup a communiquer. Les echanges avec Ling sont interessants car ayant vecu a l’etranger elle a un certain recul sur sa culture et est bien consciente des cotes obscures de celle-ci. Une rencontre tres riche !
 

Li

Li est une des meilleures amies de Ling. A 21 ans elle a sa propre voiture dernier cris, elle sera bientôt proprietaire de son appartement et a faire du shopping avec elle on comprend vite qu’il n’y a pas de restriction de budget. Ling nous fait part de son interpretation et sans aucune gene face a son amie nous indique que Li est l’exemple le plus basique de la derniere genration de chinois, celle contrainte a la loi de l’enfant unique. Li n’a donc pas de frere et sœur, elle a par contre tous ses oncles et tantes qui la cherissent beaucoup. Il suffit a Li de claquer des doigts pour obtenir tout ce qu’elle desire. Selon Ling, cette derniere generation n’a aucune valeur des choses, tout leur est du ! Malgre tout Li est bien sur une personne attachante et nous passerons d’agreables moments avec elle, elle aime a nous faire visiter la ville d’Urumqi a bord de son bolide !
 

Frank le dunkerquois

Le monde est petit ! A Urumqi toujours, dans notre hostel favori on rencontre Frank qui vient de Dunkerque ! Il aura été d’un precieuse aide lorsqu’il aura fallu traverser la ville avec nos velos dans des cartons et nos 12 sacoches depareillees ! Pas un taxi assez grand pour y fourrer nos velos emballes, puis rejoindre le quai de la gare par section de 100m en aller-retour avec les sacoches ! Un vrai calvaire ! Merci a toi Frank !
 

Cendrine

C’est apres nos 52h de train en places assises qu’on arrive au Sim’s Cozy a Chengdu (au passage extra bonne adresse !) juste un peu sur les rotules. Cendrine partage notre chambre et on accroche tres vite avec elle. Elle connait bien la Chine pour l’avoir visite plusieurs fois et on en apprend un peu plus avec elle.
 

Chase et Do

Chase est Canadien et Do Ouyghour, Ils vivent a Shangai et sont a Chengdu pour quelques jours de vacances. Ensemble on va voir les pandas et passons de merveilleuses soirees. Chase est un gars toujours positif, entrainant et doue a plein de niveaux ! Il a peint des fresques sur les murs d’une chambre de l’hotel en echange de quelques nuits gratuites, il chante spontanement et parfaitement bien et a toujours le sourire, du pur bonheur. Aller voir son travail dans la rubrique « site des copains »
 

Tom

On rencontre Tom au Sim’s Cozy et il ne tarde pas a nous rattraper sur la route. Il est lui aussi a velo et c’est ainsi qu’on partage quelques jours de route ensemble. Un bon coequipier fort sympathique.
 

Le barbier medecin

Dans ce magnifique petit village a l’architecture ancienne au bord d’une riviere, ce barbier, medecin, masseur (et peut etre encore bien d’autres facultes)nous invite a boire un verre d’eau chaude (de coutume ici en Chine) et voyant son installation de barbier, et apres les maintes reflexions qu’il s’est pris de la part des locaux, Matt lui demande s’il peut lui raser la barbe. Le personnage ne pourra pas s’empecher de lui rafraichir un peu la coiffure aussi (au grand desespoir de Matthieu)!

Chez les tibetains
 

La bande tibetaine du pass 4200

On mettra une journee entiere a gravir ce pass sous les encouragements incessants des chinois coinces dans les embouteillages (nous sommes en pleine semaine de conges nationaux et les touristes affluent de partout !) « Dai Dai ! » « you’re the best » « wonder woman » « come on ! You’re incredible » C’est incroyable comme Ils nous ont tous aide mentalement ce jour la !  Plus on monte plus il fait froid, il commence a neiger et la nuit tombe mais nous y voila ! 4200m d’altitude. Au sommet un temple, et une habitation ou les moine debitent de la viande de yak bien fraiche autour d’un feu. On s’y refugie pour se rechauffer un peu et enfiler quelques couches de vetements supplementaires pour la descente. Lorsqu’on decide de repartir nos velos sont couverts de neige, les cables de freinage et de transmission sont pris dans la glace. Sur la route on appercoit les voitures dans la descente qui se tamponnent ou qui patinnent en montant, tout ca sous une tempete de neige…une scene d’apocalypse. Malgre ca on ne peut pas envisager de rester en haut, les moines n’etant pas tres acceuillants, on decide de se jeter a l’eau et entamons la descente. Un vrai calvaire, impossible de freiner puisque les cables sont geles, on freine avec les pieds comme on peut mais avec le poids des velos, Mathilde tombe a la renverse a plusieurs reprises, Matthieu lui avec sa mauvaise circulation sanguine ne sent plus son annulaire qui devient dur comme du bois et le fait paniquer. On appercoit au loin des lumieres sous un grand batiment et partons pour nous y refugier…mauvaise surprise il s’agit d’un batiment en chantier, on essaie tant bien que mal de rester lucide et de trouver une solution ; planter la tente sous le batiment mais le vent souffle bien fort et nous ne parviendrons pas a nous rechauffer suffisamment. Continuer notre descente ; on est bien trop fatigues pour ca et risquons d’empirer la situation…c’est alors qu’on appercoit derriere le batiment en chantier quelques petites cabanes avec de la lumiere et il semble y avoir de la vie a l’interieur. On y va sans reflechir et effectivement, ils sont plusieurs autour de ces resistances chauffantes, on leur fait comprendre que l’on est ici a velo et que l’on est frigorifies, que nous cherchons un endroit pour la nuit et leur demandons s’ils veulent bien nous acceuillir. Ca semble pour eux une evidence ! ouf on est sauves ! On ramene les montures, tout devient plus concret pour eux…Ils nous installent dans une cabane au fond du campement ou sont déjà installes une petite dizaine de personnes, ils sont en train de manger et nous invitent a se joindre a eux. On apprend la nos premiers mots de tibetains. Au fur et a mesure de la soiree, les 2 etrangers que nous sommes font l’attraction du campement et nous nous retrouvons a etre une bonne vingtaine de personnes serrees comme des sardines dans cette petite cabane. Ils rient aux eclats a chacun de nos faits et gestes, l’ambiance est detendue et nous bien rassures d’avoir trouver cet abris chaleureux. La nuit sera un peu difficile a cette altitude, un souffle court mais un bon lit bien chaud et bien entoures !
 

Laura

A la descente de notre col, on fait une halte dans une petite guesthouse, nous avons bien merite une bonne nuit de sommeil et du repos ! Laura est americaine et vit avec cette famille de tibetains qui tient la guesthouse. Elle est passionnee par la culture tibetaine et en connait un tas. Elle parle d’ailleurs presque couramment le tibetain et nous introduis a la famille. On passe dans cette maison un moment reposant au cœur de la vie de cette famille, reveilles par les chants des garcons au petit matin et les rires de la petite, nous rechauffons aupres du poele a bois avec les chats, allons nous promener aux alentours. Laura nous aide a remplir notre lexique tibetain. On la voit vivre en harmonie avec eux, on en est presque jaloux !
 

Les cyclos chinois

La route qui mene au Tibet, la fameuse G318 est tres frequentee par les cyclos chinois surtout en cette periode de vacances. On a donc rencontres beaucoup beaucoup de cyclistes chinois, souvent bien sympathiques, on s’encourageait les uns les autres, partageant nos denrees alimentaires. Certains avaient un esprit de competition un peu trop marque a notre gout, certains bien courageux, d’autres pas du tout, certains surequipes, d’autres en jean, marchant a cote de leur velo tout en fumant une cigarette…il faut de tout pour faire un monde !
 

Tibetans versus chinese singers

On s’arrete en debut de soiree dans ce charmant endroit, des petits bungalows et des tentes tibetaines , de la musique et des gens acceuillants. Juste apres nous tout un groupe de touristes chinois debarquent. Les pauvres proprietaires semblent un brin surpasses, nous finiront installes dans l’une des tentes tibetaines. On papote un peu avec l’entourage quand le proprio vient nous chercher et nous anonce qu’ils organisent ce soir un concours de chant. Ca s’organise en 2 equipes, d’un cote les tibetains, de l’autre les chinois, le tout autour d’un grand feu avec quelaues bieres. On chantera ainsi toute la nuit. C’était beau de voir ces 2 communautes souvent opposees reunies le temps d’une soiree dans la gaiete et la bonne humeur. La soiree se termine avec des danses traditionnelles autour du feu avec un meneur bien experimente, c’était juste extra !
 

Le marcheur

Dans notre ascenssion vers Litang nous rencontrons ce jeune homme qui se rend au Tibet a pied ! Sacree expedition quand on sait qu’il y a presqu’une centaine de km a plus de 4000m d’altitude sans aucune habitation, aucun point de ravitaillement alimentaire… Il nous impressionne par son courage, sa determination et son calme !
 

Le chauffeur de Litang

Oui on ne cesse de repenser a ce marcheur lorsque le lendemain de notre rencontre nous decidons d’abandonner l’acsenssion. Ce matin la il pleut déjà a 3000m d’altitude alors on ose pas imaginer le temps qu’il fait a plus de 4000m et c’est d’un commun accord que l’on decide decharger nos velos dans une petite camionnette. Le chauffeur n’est pas tres communicatif mais nous amenera a Litang en un peu plus de 3h de trajet.


Elena

A l’hostel de Litang nous faisons la rencontre d’Elena, un Coreenne qui vit a Londres. Elle a pris conscience que son boulot devenait chronophage de son quotidien, un gros besoin de se retrouver elle-même et de profiter du monde qui nous entoure s’est alors manifeste. Elle a tout claque et se laisse aller au gres de ses envies. Elle est toute petillante, toute adorable, un petit bout de femme qui touche.
 

Ewan

C’est aussi a Litang qu’on fait la connaissance d’Ewan. Il vit en Chine depuis quelques temps, bosse ici pour une boite qui fait des vetements thermique en laine de Yak. Il a plein de bon filons pour apprendre le chinois, notamment l’application « memrise » (disponible sur internet pour les PC ou sur Mac ou encore IPhone) qui aide a apprendre des langues de manière ludique, amusante et pas chiante. A raison de 5-10 minutes par jour on apprend tres vite.


Le berger a moto et sa petite fille

C’est sans le savoir qu’on pose notre campement sur son terrain, quand on le voit debarquer sur sa moto, la musique a fond pour rameuter les yaks a la barraque. Ca nous fait sourire, le berger a la tibetaine, on y va tranquille, quelques petits coups de klaxon par ci par la pour plus d'efficacite. Lorsqu'il nous appercoit il vient a notre rencontre, on lui demande son accord pour passer la nuit ici, ce qu'il accepte de suite. Pour la peine il nous laisse sa guamine le temps de regrouper son troupeau, la pauvre n'est pas tres a l'aise mais reste sage comme une image tout en regardant les montagnes. Son pere vient la rechercher une petite demi heure plus tard, une liberation pour elle.
 

Le moine du temple

Il vit au temple de Litang, un endroit tout simplement merveilleux. Il est professeur d'anglais ici pour les jeunes moines. Il nous consacre un peu de son temps pour nous raconter son histoire et repondre a nos questions.


La petite nomade

Une des rencontre les plus touchantes de notre aventure.
On trouve campement en bas d'une belle descente, au fond d'une vallee ou une dame vit avec sa petite fille dans une tente au bord de la riviere, elles elevent la des yaks. De magnifiques betes. Apres avoir obtenu l'accord de la maman pour planter notre tente a proximite on passera une soiree paisible au milieu du troupeau.
C'est au petit matin que la petite fille, poussee par sa curiosite vient vers nous. Elle observe nos faits et gestes avec grand interet. Elle a quelquechose de special que je ne saurais decrire facilement, une energie fote qui rayonne en elle, des yeux profonds, un regard charge de sagesse, une ame pure et bienveillante. Elle rejette tellement de chose pour son age, elle ne doit pas avoir 10 ans...Cette petite personne nous file des frissons par son attitude et ce qu'elle a en elle...
La veille, Matthieu avait trouve par terre un collier casse et pour me recompenser du courage dont j'avais fait preuve ces derniers jours il avait ramasse les perles et comptait refaire ce collier pour me l'offrir. C'est alors que lui vient une autre idee. Il va faire 2 bracelets, un pour la petite et un pour moi. La petite le voit se mettre a l'oeuvre et ca semble lui plaire, elle est de plus en plus a l'aise parmi nous. Quand Matthieu lui noue le bracelet autour du poignet elle semble tellement heureuse et ne cesse de le remercier. Quand il se remet a la tache pour faire le 2eme bracelet elle ne comprend pas. C'est seulement lorsqu'il me l'attachera et que je lui expliquerais " tu vois toi et moi on a le meme bracelet desormais, je ne t'oublierai jamais, tu seras toujours dans mon coeur, quand je regarderai le bracelet, je penserai a toi" qu'elle comprendra enfin le sens de ce bracelet...Ca la bouleverse et elle ne peut retenir ses larmes...et a vrai dire elle nous bouleverse aussi par sa reaction, c'etait difficile de contenir les notres. Tellement sensible a son age, tellement touchante...


Les cantonniers

Au beau milieu d'une sacre grimpette, a la recherche d'un endroit pour manger, on tombe sur le repere des cantonniers, une grande batisse ou ils vivent le temps des travaux. Ils nous invitent a rentrer les bras grand ouverts. L'un d'eux se met aux fourneaux et nous cuisine un plat delicieux en 5 minutes chrono. Matt a droit a quelques shots d'alcool de riz. On ressort de la rassasies, pleins d'energie pour franchir le pass a 4300m qui nous attend et tout ca offert de bon coeur par notre cuisto!
 

Werner et Gunay

Ah! Nos tourtereaux autrichiens! On se rencontre a l'hostel a Xiangcheng et ferons un petit bout de route ensemble jusqu'a Changrila. Un couple qui respire la joie de vivre, toujours souriants, agreables et fort sympathiques. On apprecie vraiment leur compagnie.
 

Richard

Son neuveu nous amene chez lui lorsqu'on arrive a Lijiang a la recherche d'un hebergement. Richard vient d'ouvrir une guesthouse, ou il nous acceuille avec beaucoup d'entrain! Il sait nous mettre a l'aise, on se sent chez lui comme a la maison. On passe de belles soirees avec lui et devenons vite proches. Il en connait un tas sur sa region et sa culture. Il nous sera d'une grande aide a l'hopital pour faire soigner la dent de Mathilde (et oui pas facile de se faire comprendre en Chine et d'obtenir la bonne volonte des gens...)Pendant 3 jours il nous accompagne partout, hopital, vieille ville, resto, bureau de l'immigration pour nos visas...et tout ca tout simplement sans rien attendre en retour!
 

Mathilde, Yoann, Jess et Alban

 La bande de cyclos qu'on rencontre a Kunming. On se retrouve ainsi a 6 le temps d'une bonne soiree. Toujours un grand plaisir de se retrouver entre cyclos et d'echanger nos experiences respectives! Bon vent a vous 4!

A table

  • lagmans Longues et epaisses pates avec legumes en sauce, plus ou moins epicees que l'on trouve partout en Asie Centrale
  • pain Ouighour Et oui, la plupart du temps, la ou il y a des Musulmans il y a du pain pour notre plus grand bonheur! Celui est colle sur la paroie d'un haut fourneau et agrementee d'oigons de mai. Un pur delice.
  • Vin chinois Tout simplement horrible. On dirait qu'il rajoute du parfum dedans...
  • Melon seche Chez les Ouighours toujours, il y a ces delicieux bouts de melon seches qui pour reputation d'etre les meilleurs du pays.
  • Hot Pot de Chengdu C'est la fondue Chinoise comme on l'a connait mais en tres tres epice!! Ca depote! On y plonge de tout a l'interieur, cerveaux de porc, pates de canards, broccolis, potiron, poisson, crevette, ail, oignon, chou fleur...
  • Kiwis rouges On est arrive pendant la recolte dans le Sichuan. C'est un kiwi avec un coeur rouge mais encore meilleure que celui que l'on connait. Plus juteux et avec un gout bien plus fleuri, fruite.
  • Restos a brochettes Ce sont des petits restos de rue. On vous file une bassine et vous y mettez tout ce que vous voulez faire cuire sur le barbecque... Et il y a vraiment de tout!
  • Dessert Chinois Ben des desserts ya pas foule! On a quand meme eu la chance de gouter ces petites boules de pate de riz fourrees au sucre noir. Le tout cuit dans l'eau: Un delice!
  • Pattes de poulet bouillis Affreux et ils mangent de ca partout, ils en raffolent. Rien que l'aspect transparent, gluant... Franchement ca donne  pas envie. Matthieu a quand meme releve le defi en testant une pate de poulet: Tres epicee et surtout plein de cartilage.
  • Bonbon chinois Ici pas de sucrerie pour les enfants. C'est des petits bouts de viande  empaquetes comme des bonbons. Au menu: Yak seche, cou de canard, langues d'oiseaux... Bref dans les magasins y'en a des rayons entiers.
  • Gateau de lune Pendant la fete national de la mi-automne (appele aussi fete de la Lune) ces petits gateau sont une tradition, tout comme nos beignets de carnaval. C'est le present a offrir a ces proches. Gateau rond decore d'un signe chinois (ou pas) et fourre avec differentes choses: Haricots rouges, oeufs, noix, fruits confits, pate d'amende, etc.... Tres riches et plein d'energies pour l'effort. On s'en est gave, surtout que passe les fete il sont vendus moitie prix
  • Baotsa Ce sont des especes de grosses ravioles fourrees a.... je vous le donne en mille:La viande de yak!
  • The au beurre de yak Ben au moins on s'hydrate et on se nourrit en meme temps! Il est fait à partir de the, de sel, de beurre et de lait de la femelle du yak
  • Fromage de yak Pas tres goutu et plutot sec et dur! Par contre on l'a mange une fois dans un temple grille sur le poil a bois c'est pas degueu.
  • Baies de Goji C'est une petite baie rouge  qui a une teneur hallucinante en vitamine C. 25g de ces petites baies on la meme contenance en vitamine C que 400 orange. Effectivement c'a donne un bon coup de boost. Apparement c'est bon pour la vue et pour nous messieurs c'est un stimulant sexuel!
  • Noix On trouve toute sorte de noix en Chine: de pecan, de cajou, de macadamia, etc...
  • Oeufs de cent ans Ce sont ces fameux oeufs fermentes dans un melange de boue, de the, de cendres et de sel. Ils deviennent alors noirs transclucides et degagent une forte odeur de soufre et d'amoniac.... Non merci, on a passe notre tour!
  • Riz ananas La moitie d'un ananas dont la chaire a ete extraite et cuite avec du riz pour etre replacee a l'interieur du fruit. Excellent!
  • Tofu Bon a vrai dire on est vraiment pas fan de tofu. Pour nous ca n'a aucun gout. En chine il en existe un tas de variete et ils en raffolent. Certains sont fume, d'autre sont qualifie de "puant" et d'autres encore epice.

A velo

  • Piste pour les deux roues c'est merveilleux! Dans les grandes villes, enfin dans les villes car les petites ville en Chine ca n'existe pas
  • Route refaite a neuf. A croire que la moitiee de la population est cantonnier. La plupart des routes sont du velours.
  • Magasin specialisee. Il y a beaucoup de shops de velo un peu partout, meme certains specialises en cyclo-rando!
  • Route 318. La fameuse! C'est la route qui part du Sichuan pour aller a Lhassa. Tres frequentee par les cyclos Chinois elle est donc ponctuee de petits hostels specialement dedies a ces derniers.
  • Le klaxon!!!! En restant polis, ils klaxonnent comme des debiles. Pour dire j'arrive, je passe, coucou c'est moi.... Pour tout et pour rien. C'est vraiment fatiguant!

Tourisme

  • Desert du taklamakan et du Gurbantunggut. Ce sont deux magnifiques deserts qui se trouvent au nord ouest de la Chine. Des paysages splendides et une population au grand coeur: les Ouighours.
  • Chengdu. Grosse megalopole Chinoise, on y a neanmoins trouve un charme certain. Le parc du peuple, la succulente cuisine, et parfois, son calme innatendu!
  • Centre de conservation des pandas geants. Les pandas y ont l'air heureux dans d'enormes enclos malgres leur captivite. Le parc nous a donc donne la chance de pouvoir les observer de tres pres et de mieux comprendre l'enjeu de la re-population de l'espece. Les pandas rouges nous ont bien fait marrer aussi. Quelle mignone creature!
  • Opera Sichuanais. Pendant les deux heures qu'a dure le spectacle, on etait comme des vrais gamins avec des etoiles dans les yeux et tout. Ca vaut vraiment le coup. Les performances y sont epoustouflantes: Marionettes, clowns, ombres chinoises, musique, chants,etc... En arrivant une heure a l'avance on peut meme assister au maquillage des acteurs et a l'habillement ce qui rajoute un charme a l'ensemble. Le tout se deroulant dans une maison de the, cela induit une degustation gratuite tout le long du show!
  • Bouddha geant de Leshan. Avec ces 71m de haut, il est repute pour etre le plus grand du monde. Une seul de ces oreilles fait plus de 7 metres de haut. D'apres la legende, il a ete construit pour proteger la ville des frequentes innodations causees par le caractere impetueux de la riviere Min. Et apparement ca a marche! En fait, l'explication logique est que la construction a necessite une grande extraction de matiere de la falaise, deposee ensuite dans la riviere, ce qui a donc calme les remous du fleuve. C'est vraiment un site impressionant! Bon c'est sur il faut faire abstraction des tous ces touristes locaux qui jouent des coude dans les files d'attentes et j'en passe.
  • Campagne Sichuanaise. Rouler dans la campagne Sichuanaise c'est un peu comme emporter son velo dans un manga vivant! C'est la Chine profonde comme on se l'imagine. Les rizieres a flanc de collines, le brouillard epais et surtout les gens. Avec des facies de dessins animes: Une petite mamie qui sort d'une foret de bambou fumante, le dos courbe a 90 degres avec des paniers suspendus a une perche de bambou ou alors un petit papy, en col mao qui roule sur sa mobylette de fortune, deux trois dents qui se battent en duel dans la bouche, une barbe blanche longue et fine et des lunettes triple epaisseur! Bref, une region rurale magnifique.
  • Litang, Fief de l'une des regions traditionnelles tibetaines, le Kham, est l'un des endroits qui nous aura le plus marque au cours de notre voyage. On est en plein coeur de la culture tibetaine, l'altitude (4000m), les temples qui surplombent la ville, les locaux et leur inseparable moulin a priere, les coutumes telles que les funerailles celestes... Bref tout ce mysticisme ambiant nous plongera dans un autre monde pendant quelques jours! A ne pas manquer!!! Litang et sa region sont de plus une bonne maniere de decouvrir la culture tibetaine sans avoir a se preoccuper des permis et autre contraintes administratives necessaires au Tibet.
  • Shangri-la (Zhongdian). Les Chinois lui ont donne ce nouveau nom, tire du roman de James Hilton "Les horizons perdus" pour attirer le tourisme, comme ils savent si bien faire! En fait ca devait etre charmant a l'epoque, avec un peu d'imagination. Une belle petite ville perchee sur un plateau au milieu de belles montagnes. Mais ce que l'on y a vu, c'est plutot le paradis du shopping dans des petites ruelles qui, fut un temps, devaient etre authentiques. On a pas vraiment accroches.
  • Lijiang. Alors ca c'est le ponpon!! La cerise sur le gateau de comment transformer une ville multi-seculaire, aux ruelles etroites et aux maisons traditionelles en paradis du capitalisme et du tourisme degueulasse! Pour dire, certaines maisons d'epoques on ete transformees en MacDo ou autre KFC, on a meme croise Mickey dans les rues! Bref quelle deception, surtout que le potentiel de beaute des lieux est enorme. L'unique facon d'en profiter pleinement est de prendre de la hauteur et de constater tous ces vieux toits embriquer les uns dans les autres sans voir ce qui se passe dans les ruelles. Quelle dommage!

Stats

  • 58 jours dont 25 jours de repos
  • 1655,6 km soit 50 km/jour
  • 1 euro = 8,3 yuans
  • Budget alimentaire: 4882,9 yuans (586 euros) soit 83,3 yuans (10 euros)/jour
  • Budget velo: 941 yuans (113 euros)
  • Budget transport: 2805 yuans (337 euros)
  • Budget extras: 1597 yuans (192 euros)
  • Budget sante: 482 yuans (58 euros)
  • Budget hebergement: 2410 yuans (290 euros)
  • Budget visas: 216 euros (1728 yuans)
  • Budget total: 14 846 yuans (1 855,75 euros) soit 256 yuans (32 euros)/jour

menu_photo

Et plus...




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement